La Platine, une imprimerie de caractère, depuis 2000

64 Rue Jean de Bernardy, 13001 Marseille
19
La Platine, une imprimerie de caractère, depuis 2000
Arrondissement : 1er
Site Internet : laplatine.com
« Des fois je me demande si laisser mourir une imprimerie, ce ne serait pas un peu comme cautionner un autodafé ». Ce plaidoyer coule comme de l’encre dans les veines de la résistante Odile Coulange. Cette fille d’imprimeur dirige depuis 2000 ce fleuron de l’artisanat marseillais, un lieu à part, méconnu et terriblement attachant, fondé ici en 1920 dans d’anciennes écuries.

C’est elle qui gravera de son empreinte, ce nom sur son imprimerie, la Platine, référence à cette presse inventée en 1857. Mais comme souvent à Marseille, il faut oser pousser les portes. On sera d’abord attiré par la grille relookée par l’artiste franco-espagnol Bebar puis par le son puissant des somptueuses machines à imprimer Heidelberg construites avec des restes de chars allemands de la deuxième guerre mondiale…car ici on est dans l’antre d’une des dernières imprimeries à l’ancienne en France où la seule trace de numérique reste son site internet ! Et cette impressionnante mécanique, parfois capricieuse, ils sont peu à savoir encore la dompter.

Erick en fait partie. « Venir ici chaque matin, travailler sur ces machines, c’est un bonheur » confie-t-il au moment d’écrire cette fiche, tout en exprimant la crainte d’un maître n’ayant pas encore trouvé le disciple qui le succédera.

Dans cet atelier patiné par le temps, s’étirant tout en longueur, on façonne, on performe, on découpe, on plie, on broche, on maîtrise toute la chaine graphique de A à Z…pour au final réaliser sur un papier Fedrigoni des impressions d’une qualité exceptionnelle récompensées du prix du plus beau livre français en 2008 et 2009 avec notamment un bluffant livre en 3D signé Dave 2000 dont il reste un seul exemplaire sur place ! Et même si la Platine est labélisée « Artisans d’art » elle n’en reste pas moins à la pointe de l’expérimentation. Les prédécesseurs d’Odile Coulange ont ainsi fondé l’association « l’Imprimerie » dont la quête est de conserver, faire connaître et transmettre le patrimoine vivant et le savoir-faire industriel et artisanal de l’imprimerie traditionnelle.

La Platine imprime et expose notamment les œuvres surprenantes de créatifs contemporains, comme celles signées Le Dernier Cri.

Dans l’entrée, Odile ferme alors le rideau, allume des lampes UV et soudain l’espace d’exposition prend une nouvelle vie explosant de couleurs fluos les œuvres de Alfons ALT, Elvisdead ou encore Pakito Bolino, grâce au procédé quadrifluox de l’italien Piergiueseppe Molinar ! Un « whaou effect » qui sonne comme une revanche de ces machines et leurs dompteurs sur un monde numérisé.


SOURCES La Platine
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et son mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie