Abbaye de Saint-Pons de Gémenos, 1205

Parc de la Vallée de Saint Pons, Gémenos
12
Abbaye de Saint-Pons de Gémenos, 1205
Arrondissement : Autour de Marseille
L’abbaye de Saint-Pons de Gémenos, en latin Sanctius Pontius, est une abbaye cistercienne niché dans la verdoyante Vallée de Saint Pons. L’abbaye est fondée par les moines du Thoronet pour héberger une communauté féminine ; celle-ci, spirituellement prospère, fonde à son tour trois abbayes-filles de moniales en Provence. En 1426, lassées de l’insécurité du site, les religieuses quittent l’abbaye pour rejoindre la communauté de Marseille, moins exposée. Le lieu conserve une fonction monastique jusqu’à la Révolution, puis il est vendu comme bien national et sert à des usages industriels. Le domaine, restauré au xxe siècle, est désormais un parc départemental, propriété du Conseil départemental.

C’est au pied du massif de la Sainte-Baume que fut fondée l’abbaye de moniales cisterciennes en 1205, par l’évêque de Marseille, Rainier, et le chapitre de la ville, sur des terres appartenant à l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, sous la juridiction de laquelle elle restera placée. Hélie de Tholon est connu comme étant témoin de cette fondation. Elle l’est sous le vocable de saint Pons dont le culte se diffusa dans toute la Provence et le Languedoc. Elle prit le titre d’abbaye en 1223 et intégra l’Ordre de Cîteaux. Elle est ainsi la quatrième des « Sœurs provençales » de l’Ordre, avec Silvacane, Sénanque et le Thoronet, devenant la fille de cette dernière, dont l’abbé assure la direction spirituelle.

Grâce au travail important des religieuses et à l’énergie hydraulique du site (la rivière a la spécificité de couler 365 jours par an), le lieu devient un centre de production agricole et industriel important pour l’économie de la région. C’est aussi le début des travaux d’asséchement des marais de Gémenos par Charles de Castillon, qui fait réaliser des travaux d’aménagement agricole (moulins).

Dans le cadre de l’expansion du monachisme féminin en Provence en ce début de xiiie siècle, elle essaime par trois fois. Nous possédons l’extrait du jugement des commissaires apostoliques par lequel les biens de l’église des moines de Saint-Gervais de Fos sont donnés à l’abbesse de Saint-Pons pour faire dans l’église de Saint-Pierre de l’Almanare, au diocèse de Toulon, un monastère de religieuses de l’Ordre de Cîteaux, lequel sera soumis à celui de Saint-Pons du diocèse de Marseille. Une convention entre l’abbesse de Saint-Pons et le prieur du monastère de Saint-Zacharie est passée concernant une exploitation agricole. En 1407, les abbayes de l’Almanarre et de Saint-Pons fusionnent. L’abbaye est abandonnée par les moniales en 1426, à cause du brigandage, des épidémies et des querelles politiques.

Les sœurs rejoignent l’abbaye du Mont-Sion à Marseille. Au xvie siècle, la famille d’Albertas acquiert progressivement le vallon de Saint-Pons, et qui développera la papeterie pour en faire l’une des plus grandes de la région. Après la Révolution, elle subit diverses transformations. Le xixe siècle de riches propriétaires se succèdent comme les frères Richard.

Au xxe siècle, les Laugier Montgolfier. Aujourd’hui elle apparaît entièrement rénovée.Dans la plus pure tradition romane cistercienne, elle conserve dans certaines de ses parties une influence gothique.


SOURCES Wikipedia Abbaye de Saint-Pons de Gémenos
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Carte postale ancienne
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et son mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

 

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie