L’enseigne de l’Atelier-Musée Carli et la Machine à Coudre

6 rue Jean Roque, 13001 Marseille
159
L’enseigne de l’Atelier-Musée Carli et la Machine à Coudre
Arrondissement : 1er
Au dessus de la porte de l’immeuble du 6 rue Jean Roque, se trouve une étonnante enseigne, par son style mixant le bois et la pierre, entourée d’angelots. On peut y lire “CARLI” et en dessous ” J&M VERNET Suc.” Elle marquait l’entrée de l’Atelier-Musée des très réputés frères Carli, sculpteurs. L’enseigne est malheureusement en très mauvais état tout comme l’immeuble mis en arrêté de péril en 2020 qui a mis fin en même temps à l’aventure de la Machine à Coudre, une institution marseillaise.

Auguste Carli, Enfants et mascarons, 1900 / Porte latérale du porche central, Grand Palais, Paris (photo issie du site marseillesculptee2.blogspot.com)

Selon LE site marseillais spécialisée dans les sculptures, marseillesculptee2.blogspot.com, les frères Carli souhaitaient donner du cachet à leur atelier de la rue Jean Roque grâce à une enseigne sculptée. Auguste Carli choisit alors de réemployer un décor que l’État lui a commandé en 1900 pour le Grand Palais de l’Exposition universelle de Paris, moyennant 7 000 francs, deux figures d’enfants jouant avec un mascaron. François Carli organise à partir de mai 1902, et ce jusqu’en 1914, des expositions temporaires dans ses locaux au rythme d’une à deux par an, exclusivement consacrées à l’art religieux.

Auguste Henri Carli nait le 12 juillet 1868 à Marseille. Élève du sculpteur Émile Aldebert, Auguste Carli emporte en 1890 le concours de l’École des beaux-arts de Marseille, ce qui lui vaut une bourse pour se rendre à l’École des beaux-arts de Paris pour compléter sa formation dans l’atelier de Jules Cavelier. Il obtient en 1896 le second prix de Rome alors que son compatriote Constant Roux triomphe, ce qui lui ferme certaines perspectives parisiennes. Il reçoit sa première commande de l’État le 30 janvier 1900 pour les fameuses deux figures d’enfants jouant de cette fiche, destinées aux linteaux des portes latérales du porche central du Grand Palais à Paris. Il s’établit à Marseille et travaille sur divers chantiers comme celui de l’escalier de la gare Saint-Charles ou de la Caisse d’épargne. Il réalise plusieurs œuvres religieuses dont La lutte de Jacob et de l’Ange et Le Christ et sainte Véronique. Cette dernière sculpture, montrée à l’occasion de l’Exposition coloniale de 1906, se caractérise par les expressions de la douleur marquant le visage du Christ et de la souffrance retenue de sainte Véronique. Le Christ et sainte Véronique est située à l’intérieur de la basilique Sainte-Marie-Majeure de Marseille. Henriette Albrand, fille de l’armateur Joseph Étienne, commande en 1904 à Auguste Carli une fontaine monumentale afin de célébrer le souvenir de son père. Cette fontaine du Triomphe d’Amphitrite est inaugurée en 1906 sur la place Joseph Étienne à Marseille.

Ses amitiés pour les milieux radicaux-socialistes lui valent les commandes du Monument au sénateur Victor Leydet (1910) à Aix-en-Provence, le Monument à Camille Pelletan à Salon-de-Provence (1922), et le Monument à Paul Peytral (1926) au parc Borély à Marseille. Il réalise également les sculptures du monument aux morts de Nîmes (1923). Il meurt à Paris le 28 janvier 1930.

L’Atelier de nos jours

François Carli, frère cadet d’Auguste, reprendra l’atelier familial de moulage de la rue Jean Roque. De son atelier sortent de nombreuses copies de statuettes de Tanagra, de sculptures d’Égypte et de Chaldé. Son savoir-faire est reconnu ; il est envoyé à Gênes en 1906 afin de réaliser des moulages d’œuvres de Pierre Puget pour le Musée des beaux-arts de Marseille. Il mène également une carrière de sculpteur : monument aux morts de la commune d’Eyguières, statue de l’abbé Allemand ainsi que de nombreuses œuvres pour les églises : il réalise par exemple une statue de sainte Thérèse de Lisieux pour l’église Saint-Cannat à Marseille et un bas-relief en marbre en forme de médaillon représentant le profil de Jean-Marie du Lau pour la primatiale Saint-Trophime d’Arles. Dans son atelier musée il expose de 1902 à 1914 les sculptures de son frère Auguste, celles de son ami Paul Gonzalès et de lui-même. En 1897 il épouse Jeanne Gondard, sœur du sculpteur Paul Gondard. Il obtient en 1920 une médaille de bronze au Salon des artistes français où il expose dès 19052. En 1933 il est fait chevalier de la Légion d’honneur. Il meurt à Marseille le 19 décembre 1957.

A droite de l’entrée, dans ce qui devait être les ateliers tout en longueur des Carli, se trouvait une autre institution marseillaise, la Machine à Coudre, fermée suite aux effondrements d’immeubles de la rue d’Aubagne et de la mise en péril de l’immeuble en 2020. La salle de concert associative de 80 places et sa scène punk rock underground marseillaise était ouverte depuis 1994 et accueillait notamment son célèbre “Sing or Die Karaoké”, une scène ouverte à tous les chanteurs, brillants ou sans talents (mais beaucoup de courage) et toutes les extravagances ! La salle présentait de graves problèmes d’humidité et sa toiture n’était pas étanche. Les travaux nécessaires s’avéraient trop coûteux au vue de l’ampleur de la dégradation. Le concept a muté et migré au 56 rue Léon Bourgeois.

Les avis des internautes piochés sur google, expliquent bien l’ADN du lieu !

“Un concert de rock un soir de déluge..l’eau coulait à flot directement dans la salle de concert…”, “une institution à Marseille. La dernière salle Roots de la ville. Un super endroit même si l’accueil n’est pas top et la bière dégueulasse”, “Soirée karaoké Sing Or Die d’anthologie !”, “Le lieu légendaire de la scène Rock underground marseillaise”, “Ambiance Singer (comme les machines à coudre !) des concerts parfois mais toujours de la musique”.


SOURCES marseille.fr & Marsactu & Francoise Cg & marseillesculptee2.blogspot.com & Wikipedia Auguste Carli & Wikipedia François Carli
PHOTOS  Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & La Machine à coudre & Cartes postales anciennes & marseillesculptee2.blogspot.com
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
5
Note globale 1 Avis
VOTRE NOTE:
  • 23 novembre 2021 at 20:19

    Il semblerait qu il s’agisse de l’atelier des frères Carli sculpteurs, https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Franois_Carli http://marseillesculptee2.blogspot.com/2019/02/tresvite-il-importe-aux-freres-carli-de.html?m=1

Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie