Statue de Missak Manouchian, Résistant et Poète

Boulevard Charles Livon, 13007 Marseille
1033
Statue de Missak Manouchian, Résistant et Poète
Arrondissement : 7ème
Une statue de Missak Manouchian est exposée dans le jardin portant son nom. Né le 1er septembre 1906 à Adıyaman dans l’Empire ottoman, il est mort fusillé à 37 ans au fort du Mont-Valérien le 21 février 1944, ce fut un poète français d’origine arménienne, un militant communiste (responsable de la section arménienne de la MOI) et un résistant (commissaire militaire des FTP-MOI de la région parisienne). Le 20 février 2014, plus d’un millier de signataires du monde des arts et de la politique ont lancé un appel pour le transfert des cendres du Groupe Manouchian au Panthéon. La statue est ponctuellement fleurie lors de commémorations.

Le réfugié : de la Turquie à la Syrie (1906-1925)
jardin-missak-manouchian-marseille-3Missak Manouchian est né dans une famille de paysans arméniens dans la ville turque d’Adıyaman (ancienne capitale de la Commagène). Enfant, il perd son père lors du génocide arménien de 1915, et sa mère meurt quelque temps après, victime de la famine qui s’ensuivit. Lui-même et son frère Karabetn sont sauvés par une famille kurde qui les recueille. À la fin de la guerre, il est pris en charge par la communauté arménienne et transféré avec son frère dans un orphelinat de Byblos Jounieh Jbeïl (Tchernots Pouyn de Maria Jacobsen), au Liban, passé sous contrôle français en 1918 (mandat de la SDN à partir de 1920). Là il est formé au métier de menuisier et est initié par un de ses maîtres d’école aux lettres arméniennes.

L’immigré arménien en France (1925-1934)
En 1925, Missak et Karabet débarquent à Marseille, sans doute grâce à un réseau d’immigration clandestine. Missak exerce le métier de menuisier, notamment à La Seyne. Puis les deux frères décident d’aller à Paris. Karabet étant tombé malade, Missak se fait embaucher comme tourneur aux usines Citroën, afin de subvenir à leurs besoins. Karabet décède cependant en 1927. Missak est licencié au moment de la grande crise économique du début des années 1930. Il gagne alors sa vie grâce à des travaux irréguliers : en particulier, il pose pour des sculpteurs. Mais il s’intéresse alors surtout à la littérature et écrit des poèmes. Avec un ami arménien, Semma (ou Séma), de son vrai nom Kégham Atmadjian, il fonde deux revues, Tchank (l’Effort) et Machagouyt (Culture), dans lesquelles ils publient des articles sur la littérature française et la littérature arménienne et des traductions en arménien de Baudelaire, Verlaine et Rimbaud.

À la même époque, ils sont inscrits à la Sorbonne comme auditeurs libres et y suivent des cours de littérature, de philosophie, d’économie politique et d’histoire.

Le militant communiste et le responsable du HOC (1934-1939)
En 1934, à la suite des événements du 6 février, Missak adhère au parti communiste ainsi qu’au HOC (Comité de secours pour l’Arménie), originellement HOK (Haï Oknoutian Komité), forme abrégée de Hayastani Oknoutian Komité5 où Hayastani correspond à « Arménie ». Le HOK a été créé le 13 septembre 1921 par le gouvernement de la République soviétique d’Arménie pour collecter des ressources dans la diaspora, alors que l’Arménie subissait le blocus allié, en même temps que la Russie soviétique.

Le HOC
Le HOC a été fondé vers 1925, comme dans la plupart des pays occidentaux ayant une communauté arméniennen 5. En 1935, c’est à la fois la section française (désignée par un sigle composite franco-arménien) du HOK, l’organisation de masse du PCF en direction de la communauté arménienne en France et la section arménienne de la MOI (main-d’œuvre ouvrière immigrée), organisation fortement liée à l’Internationale communiste (le Komintern). La principale personnalité du HOC est le docteur Haïc Kaldjiann. L’effectif du HOC s’élève à environ 7 000 personnes à l’époque du Front populaire, soit un des plus élevés de la MOI. Son siège se trouve rue Bourdaloue ; il est dirigé par un conseil central. Il est formé par les comités locaux (un par ville, sauf à Paris et à Marseille). Missak est membre du comité du Quartier latin et contribue rapidement au journal du HOC.

En 1934-1935, époque de la montée du Front populaire, le HOC connaît un développement notable des effectifs et a besoin de nouveaux cadres ; lors du congrès de juillet 1935, Missak Manouchian est proposé par la direction pour le poste de « deuxième secrétaire » (Haïc Kaldjian étant le premier en tant que « secrétaire général ») et élu, devenant donc un permanent de l’organisation.

Il devient aussi membre du conseil central, en même temps, entre autres, que Mélinée Assadourian, déléguée du comité de Belleville, qui est de plus engagée comme secrétaire (dactylographe) ; elle deviendra la compagne de Missak en 1937.

Le journal Zangou
Une des responsabilités de Missak est d’être rédacteur en chef du journal du HOC, qui prend en 1935 le nom de Zangou8, du nom d’une rivière qui arrose Erevan. Le rôle initial du journal du HOC était de contribuer au soutien à l’Arménie soviétique ; dans les années 1930, il diffuse des informations sur ce pays et sur l’URSS (Zangou relaie la propagande stalinienne concernant les procès de Moscou) et développe sur différents sujets le point de vue dit progressiste au sein de l’immigration arménienne.

Une rubrique importante est celle de la correspondance des travailleurs (dite selon la formulation russe rabcor), les nouvelles émanant des cellules d’entreprises. Il y a aussi des reportages et des articles culturels. À partir de juillet 1936, le journal agit pour la défense de la République espagnole ; Manouchian fait d’ailleurs partie du Comité d’aide aux Républicains espagnols.

En même temps qu’a lieu le reflux du Front populaire, l’organisation connaît des difficultés qui amènent sa dissolution en 1937n 7, puis la création d’une nouvelle structure, l’Union populaire franco-arménienne. Zangou cesse de paraître en 1938. À la fin de l’année 1937, Missak Manouchian est délégué au 9e congrès du PCF et dans l’ensemble conserve une activité militante importante jusqu’à l’été 1939.

jardin-missak-manouchian-boulevard-charles-livon-13007-marseille

Plaque dans le Jardin Missak Manouchian

La guerre et la résistance
Le 2 septembre 1939, Missak Manouchian est arrêté ainsi que Haïc Kaldjian9 alors que l’interdiction du Parti communiste et des organisations proches intervient seulement le 26 septembre, un mois après le pacte germano-soviétique. Manouchian peut cependant sortir de prison en octobre et est affecté comme engagé volontaire dans une unité stationnée dans le Morbihan.

Après la défaite de l’armée française en juin, il reste sous le contrôle des autorités à l’usine Gnome et Rhône d’Arnage (Sarthe), qu’il quitte illégalement au début de 1941 pour revenir à Paris. Il est de nouveau arrêté peu après le 22 juin 1941, date de l’invasion de l’URSS par les Allemands, et incarcéré sous contrôle allemand au camp de Compiègne.

Il est libéré au bout de quelques semaines, aucune charge n’étant retenue contre lui. Il habite avec son épouse Mélinée au 11 rue de Plaisance dans le 14e arrondissement de Paris de 1941 jusqu’au 16 novembre 1943, date de son arrestation.

À partir de 1941 puis en 1942, il est entré dans le militantisme clandestin, mais on sait peu de choses de ses activités au sein de la MOI clandestine. Il devient responsable politique de la section arménienne au cours de l’année 1941, se trouvant donc sous l’autorité du « triangle » de direction de la MOI : Louis Gronowskin 8, Simon Cukiern 9, sous le contrôle de Jacques Duclos.

Un élément intéressant réside dans la familiarité durant ces années des Manouchian avec Micha et Knar Aznavourian, sympathisants communistes, engagés dans la résistance dans une activité très importante, le « Travail allemand » (la démoralisation des soldats allemands et l’assistance à leur désertion ; le recrutement d’agents allemands pour le renseignement), comme en a témoigné Charles Aznavour, en particulier en 1985.

En février 1943, Manouchian est versé dans les FTP-MOI, groupe des Francs-tireurs et partisans – Main-d’œuvre immigrée de Paris : il s’agit de groupes armés constitués en avril 1942 sous la direction de Boris Holban, Juif originaire de Bessarabie. Le premier détachement où il est affecté comporte essentiellement des Juifs roumains et hongrois et quelques Arméniens. Le 17 mars, il participe à sa première action armée, à Levallois-Perret, mais son indiscipline lui vaut un blâme et une mise à l’écart.

En juillet 1943, il devient commissaire technique des FTP-MOI de Paris ; en août, il est nommé commissaire militaire de la région parisienne, à la place de Boris Holban démis de ses fonctions pour raisons disciplinaires (il jugeait suicidaires les missions dans le contexte du moment) tandis que Joseph Epstein, responsable d’un autre groupe de FTP-MOI, est devenu responsable des Francs-tireurs et partisans pour l’ensemble de la région parisienne.

Epstein est donc le supérieur hiérarchique de Manouchian, la direction politique étant exercée par un des cinq membres de la direction nationale de la MOI, Jacques Kaminski, qui a pour adjoint et délégué auprès des militaires Marino Mazetti. Manouchian lui-même a sous ses ordres trois détachements, comprenant au total une cinquantaine de militants.

On doit mettre à son actif l’exécution (par Marcel Rayman, Léo Kneler et Celestino Alfonso), le 28 septembre 1943, du général Julius Ritter, adjoint pour la France de Fritz Sauckel, responsable de la mobilisation de la main-d’œuvre (STO) dans l’Europe occupée par les nazis. Les groupes de Manouchian accomplissent près de trente opérations dans Paris du mois d’août à la mi-novembre 1943.

statue-de-missak-manouchian-marseille-2La Brigade spéciale no 2 des Renseignements généraux avait réussi deux coups de filet en mars et juillet 1943. À partir de là, elle put mener à bien une vaste filature qui aboutit au démantèlement complet des FTP-MOI parisiens à la mi-novembre avec 68 arrestations dont celles de Manouchian et Joseph Epstein. Au matin du 16 novembre 1943, Manouchian est arrêté en gare d’Évry Petit-Bourg. Sa compagne Mélinée parvient à échapper à la police.

Missak Manouchian, torturé, et vingt-trois de ses camarades sont livrés aux Allemands de la Geheime Feldpolizein 11 (GFP) qui exploitent l’affaire à des fins de propagande.

Le tribunal militaire allemand du Grand-Paris juge 24 des résistants arrêtés, dont Manouchian, en présence des journalistes de la presse collaborationniste qui dénoncent le « cynisme » des accusés, c’est-à-dire le fait qu’ils assument pleinement les attentats qu’ils ont commis. Parmi eux, 10 sont sélectionnés pour la composition de l’Affiche rouge, où apparaît l’expression « l’armée du crime ». Le tribunal prononce 23 condamnations à mort.

Le 21 février 1944, les 22 hommes du groupe des condamnés à mort sont fusillés au Mont-Valérien, en refusant d’avoir les yeux bandés, tandis qu’Olga Bancic va être transférée en Allemagne et décapitée à la prison de Stuttgart le 10 mai 1944.


SOURCES Wikipédia Missak Manouchian
PHOTOS Dominique Milherou tourisme-marseille.com & Archives Wikipédia
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution


Avis sur cette fiche
5
Note globale 1 Avis
VOTRE NOTE:
  • 18 août 2021 at 07:26

    Exemple d'assimilation par la France de personnes qui ont choisi de combattre les nazis dans une période sombre de son Histoire.

Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie