Château de Maraljehan, une Bastide, 3 prénoms

Traverse du Conglu, 13008 Marseille
162
Château de Maraljehan, une Bastide, 3 prénoms
Arrondissement : 8ème
Construite aux alentours de 1881 pour Joseph Antoine Chrisotome Mouttet (né en 1815 au Pennes), négociant, minotier et distillateur fortuné, l’imposante bastide de Maraljehan serait encore aujourd’hui la propriété de la famille Martin. Le nom Maraljehan découle d’ailleurs des prénoms MARie, ALBan et JEAN Martin, descendants nés à la fin du XIX° de J-A-C. Mouttet. Cette propriété bénéficiait autrefois d’un terrain gigantesque de 100 hectares, au point que son ancien portail d’entrée situé sur l’Avenue de la Pointe rouge est aujourd’hui à près de 500 mètres de la Bastide !

Déjà propriétaire de quelques parcelles à Montredon, Mouttet avait décidé d’étendre son domaine dans le double but de réaliser des investissements fonciers intéressants et de doter largement ses trois filles. Il acquit entre 1872 et 1879, quatre propriétés agricoles mitoyennes constituées de terres cultivées, de prairies, de vergers et de jardins, et de divers bâtiments associant maison d’habitations, écuries, remises et greniers, pour un total de 112 hectares. Après avoir fait raser les bâtisses à l’exception d’une seule, le “Chalet”, il demande à l’architecte marseillais Pignon, les plans d’une sorte de folie néo-classique dont l’éclectisme dans le style architectural et dans la décoration intérieures est très caractéristique.

Dotée d’une tour carrée de 25 mètres de haut, elle présente sa façade à la mer.

Château de Maraljehan, Martin Maurel, Marseille

Ancien portail d’entrée avenue de la Pointe Rouge

Le propriétaire fait aménager un vaste parc de 100 hectares, divisé en espaces de découverte et de promenade, tous portant un nom bien à eux et évocateur : “la pinède”, “le grand pré”, “la rivière anglaise”, les grottes…La grotte du sacré-cœur est surmonté d’un Christ, un jeu de cascades l’anime alors que celle de la Vierge est plus discrète. La bastide est dotée d’une chapelle destinée aux cérémonies familiales dans laquelle on retrouve les reliques d’une sainte Ruffine. Des aménagements hydrauliques considérables, fondés sur des prises d’eau directe sur le canal de Marseille, permettent de créer une rivière et d’alimenter des bassins aux rives naturelles et d’irriguer les prairies. Le terrain initial de la Bastide est aujourd’hui totalement éclaté et séparé par le Boulevard Mireille Jourdan-Barry. La Bastide se trouverait dans le domaine de la copropriété Les Antilles.

Selon le petits fils d’un membre du personnel de maison de la famille, Hervé Avignon, qui m’a contacté en 2020, les allemands ont occupé les lieux après la fin de la zone libre et ont miné la campagne. Un mur antichar séparait la campagne de l’avenue de la Pointe rouge. En 45, le domaine a été déminé par des prisonniers allemands sauf celle sur laquelle son père André Avignon, fils du chauffeur, Alfred Avignon, a sauté. C’était en avril 1945, il avait 16 ans. Selon ses dires la campagne comportait un cours de tennis, un jardin près du portail d’entrée (lieu dit Le grilladou), un étang, d’importants garages. Un couple de concierge vivait à demeure dans une petite maison près du portail.


SOURCES Marseilleforum Lavarède & Martin & Hervé Avignon
PHOTOS Google Street View & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Marseille Autrement
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
4
Note globale 1 Avis
VOTRE NOTE:
  • 11 septembre 2021 at 21:03

    Le nom Maraljehan découle des prénoms MARie, ALBan et JEAN Martin (et non pas Maurel !), descendants nés fin XIX° de J-A-C. Mouttet.

Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie