Villa Badetty, La Gorge Noire

215 Chemin des Cheminots, 13010 Marseille
35
Villa Badetty, La Gorge Noire
Arrondissement : 10ème
Ce domaine de 40 hectares en bordure du Parc des Bruyères et du “chemin des Prud’hommes” appartenait en partie avant la révolution française, au prud’homme (pêcheur) de Marseille. Ses revenus devaient entretenir le luminaire de la Chapelle de St Jean de Garguier, près de Gémenos. Une partie de cette propriété est achetée le 24 juillet 1793 par le faïencier Michel Eydoux, le reste sera vendu aux enchères de la nation et adjugé à Joseph Davin, puis morcelé. Une partie abrite depuis 1929 cette superbe maison de retraite pour les anciens cheminots. La bastide est située dans le Vallon de Vesque, nommé ainsi en 1866 par l’abbé Cayol, ou encore appelé la Gorge Noire…on surnomme aujourd’hui plus communément ce site le Vallon de l’évêque.

Cinquante ans après Michel Eydoux le domaine est racheté par Barthélémy Badetty le descendant d’un Grec catholique, Chio Barthélemy Badetty (1778-1842), marchand d’huile de graines. Il achète le domaine et remplace la bastide par une villa à un étage et mezzanine, avec trois travées sur le pignon et cinq sur chacune des deux façades. Sur le flan nord de sa bastide, en simple rez-de-chaussée, se dressait une haute tourelle, sans doute destinée à la chasse.

Chio Barthélemy Badetty est arrivé à Marseille en 1798, pourvu d’un capital de 50 à 60.000F, et y deviendra le 1er négociant « grec » d’envergure. Il épouse en 1802 une riche Aixoise, Magdeleine Magnan, fille de Négociant. Elle apporte en dot une somme importante dont une partie doit être réemployée en achats de biens immobiliers, Barthélemy va donc acquérir plusieurs immeubles à Marseille. Négociant et armateur (le Leonidas et la Duchesse-d’Angoulême) ses activités s’étendent à Gênes, Livourne, Triste, Lisbonne, Smyrne, et aussi vers les colonies françaises d’Amérique.

Jusqu’à 1806, il reçoit de Smyrne : coton et laines, riz, alizains, peaux de lièvres. et y expédie soieries, bonnets, draps, cochenilles, café et pacotilles. De Livourne, Trieste et Gênes, il envoie vers Smyrne des soieries de florence, laines, dorures, cuirs tannés, velours, draps et même du cacao.

En 1810, Jean-Joseph Belhomme négociant d’Andrinople et Barthélemy Badetty se rendent à Vienne. En 1815 Smyrne sera son principal fournisseur. Barthélemy participe en 1816-1817 aux importations de blés d‟Odessa, Tarangog et Constantinople, tout en continuant ses importations de coton de Smyrne qu’il fournit aux fabricants de Lyon, Paris, Genève et Clermont. Puis, il complète ses activités en se tournant vers les Antilles. Pendant les 1ères années de la Restauration (1814-1830), il sera le seul a se livrer au commerce avec la Martinique et La Guadeloupe. En 1819-1820, une nouvelle crise économique éclate provoquant sa faillite. La maison française de Marseille et Smyrne Belhomme, Mille Cie fait faillite également. Déclaré excusable, Barthélemy ne reprendra pas ses activités jusquà son décès en 1842. Les descendants de Barthélemy Badetty de Marseille poursuivront leurs activités de négociants et armateurs pendant plus d‟un siècle, tournant leurs activités vers les huiles.

Après quelques mutations au début du 20ème siècle et la construction, côté sud, d’une seconde tour carrée avec créneaux et mâchicoulis, la propriété est acquise en 1929 par la compagnie PLM, Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, qui y installe une maison de retraite qui donnera le nom à sa rue…la traverse des cheminots.

La Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, communément désignée sous le nom de Paris-Lyon-Méditerranée est l’une des plus importantes compagnies ferroviaires privées françaises entre sa création en 1857 et sa nationalisation en 1938, lors de la création de la SNCF. Desservant le Sud-Est de la France, et notamment la Côte d’Azur, la Provence, les Cévennes, et les Alpes, le PLM était la compagnie par excellence des départs en villégiature. La gare parisienne du PLM était la Gare de Lyon.

Agrémentée d’une très belle piscine, la demeure est à l’heure actuelle une maison de retraite surnommée La Gorge Noire, Le Refuge des Cheminots. La gorge Noire est l’autre nom du Vallon de Vesque ou de l’Evèque .

On peut retrouver sur les hauteurs de la bastide la ruine d’une ancienne maison et son portail…un site qui peut-être appartenait autrefois au domaine.


SOURCES marseilleforum.com coco & randomania.fr & Wikipédia & Dictionnaire Historique des rues de Marseille d’Adrien Blès & levantineheritage.com
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme Marseille.com & Archive non créditée
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie