Monument aux héros de l’armée d’Orient et des terres lointaines

60 Corniche JFK, 13007 Marseille
1390
Monument aux héros de l’armée d’Orient et des terres lointaines
Arrondissement : 7ème
L’idée d’ériger un monument à la mémoire des victimes de la guerre de 1914-18 apparaît dès l’entre-deux-guerres, comme en témoigne cette phrase de Gaston Castel (1888-1971) en 1934 : “On s’est avisé ces temps derniers que Marseille n’avait pas son Monument aux Morts de la Guerre”.

monument-aux-heros-de-larmee-dorient-et-des-terres-lointaines-marseilleC’est mû par cette volonté de rendre hommage, que Gaston Castel, Commandeur de la Légion d’Honneur, architecte en chef du département, urbaniste, Grand Prix de Rome, va proposer dès la fin des années 1920 à sa ville les plans d’un monument empreint de grandeur.

Dans son projet, l’idée-force est celle d’un socle puissant, symbolisant la détermination, mais aussi le rôle moral qu’il attache au sacrifice des soldats pendant la guerre. Le site choisi est celui de la corniche, afin que le monument puisse être vu de loin.

Conçu sur le principe d’un “portique en plein ciel”, le monument se présente comme une arche massive, comportant au centre un croissant et une étoile, et dont l’intrados est décoré de palmes. Elle est flanquée de part et d’autre de statues d’Antoine Sartorio (1885-1988) : des personnages en pied assurent la mémoire de l’armée de Terre, tandis que des ailes massives, plaquées sur le fruit des jambages, représentent les héros des combats aériens.

Sur un socle, au centre de l’arche, se dresse l’Effigie ou Victoire en bronze, les bras tendus vers le ciel, comme prête à s’élancer.

Sur les flancs de l’arche sont inscrits les noms et les dates des grandes campagnes militaires du premier conflit mondial. Un escalier descendant vers la mer complète la monumentalité du site. Le tout est conçu en roche granitique, aujourd’hui polie par les conditions atmosphériques.


monument-aux-heros-de-larmee-dorient-et-des-terres-lointaines-marseilleAntoine Sartorio
Est un sculpteur français né à Menton le 27 janvier 1885. Il est mort à Jouques dans les Bouches-du-Rhône le 18 février 1988 (à 103 ans). Ce Méditerranéen au physique vigoureux, élève à l’école des Beaux-Arts de Paris des maîtres sculpteurs, Jean-Antoine Injalbert et Emmanuel Hannaux participe à des expositions collectives au Salon des artistes français de Paris depuis 1891.

Mais il n’a entamé une longue carrière professionnelle indépendante qu’avec l’élaboration de monuments aux Morts que les communes de la France entière ainsi que les cimetières et grands lieux de commémorations nationaux demandent durant l’entre-deux-guerres.

Outre la sculpture monumentale sur socle, il a laissé des groupes de bustes, des bas-reliefs et des frises sur des imposants bâtiments ou des ouvrages d’art de l’État, il a aussi abordé des sujets religieux et réalisé de nombreux bronzes. Son originalité est d’avoir initié l’œuvre monumentale dans les Vosges bien avant la fin du conflit mondial, qu’il avait commencé comme simple soldat. Il a réalisé, consécration de sa renommée de sculpteur de la Grande Guerre, le cénotaphe présenté à la veillée funèbre du 13 juillet 1919 sous l’Arc de triomphe à Paris.


TEXTES Drac Paca & Wikipédia
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie