Le Comptoir Toussaint-Victorine, 1860, Art & Allumettes

10 Rue Sainte-Victorine, 13003 Marseille
1734
Le comptoir, créé en 1860, a d’abord abrité une manufacture d’allumettes de la marque Caussemille, avant de devenir en 1910 la Société Planchon Bourget, une herboristerie et un lieu de transformation et de conditionnement d’épices. Aujourd’hui le Comptoir de la Victorine est un outil de travail de 1360 m² entièrement équipé par ses occupants, L’Art de Vivre et Les Pas Perdus, chacun y développant son activité propre. Il comprend des bureaux, une salle de répétition, un studio d’enregistrement, un atelier de construction et des espaces de stockage. Le lieu abrite des artisans, des équipes artistiques et des structures socio-culturelles. Détruit par un incendie en février 2018, le Comptoir de la Victorine a fait appel à des bénévoles et à un financement participatif. Début 2023 on apprenait qu’à l’horizon 2026 le site allait bénéficier d’une réhabilitation à 6 millions d’euros avec l’émergence d’un nouveau lieu de vie tourné vers les habitants du quartier et répondant à un besoin social.

Après avoir ouvert la Fabrique de l’Aigle avec seulement deux employés, Joseph Toussaint Caussemille, fonde en 1847 la société Caussemille Jeune & Cie dont la production est composée d’allumettes en bois mais surtout d’allumettes bougies lancées sur le marché quelques années plus tôt par Jean-Baptiste Roche de la Roche & Cie. En 1872, les manufactures marseillaises Caussemille Jeune & Cie et Roche & Cie, dominent le marché régional et national ainsi qu’une grande part des marchés étrangers. Environ 500 ouvriers travaillent dans la Manufacture d’Allumettes Caussemille de La Belle de Mai et 700 chez Roche au Prado. A eux seuls ils détiennent les deux tiers des emplois et du chiffre d’affaires de cette industrie.

L’Art de Vivre y est installée depuis 2000, grâce au soutien conjugué de la DRAC, de la Ville de Marseille, du Conseil Régional et du Conseil Général. Mais les locataires avaient échappé de peu à la perte de leur lieu de travail en 2006 quand les propriétaires ont souhaité vendre. Grâce à une forte mobilisation, la mairie de Marseille avait alors racheté le bâtiment en 2008 plutôt que de le voir vendu pour un projet immobilier. Le Comptoir de la Victorine constitue l’outil indispensable à l’implantation de L’Art de Vivre dans le quartier et au développement d’une création artistique « de proximité » dans un secteur particulièrement sous doté en équipement culturel.

Mais selon les membres du Comptoir, « depuis 2008, date de son rachat par la Ville de Marseille, aucun des travaux d’entretiens et de mise aux normes promis n’ont été réalisés, entravant le développement des activités des locataires et privant les habitants du quartier d’un espace culturel de proximité.

Par un courrier en date du 25 février 2013 – six semaines après l’inauguration de Marseille Provence 2013 Capitale européenne de la Culture – deux structures culturelles du Comptoir de la Victorine, Les Pas Perdus (collectif de plasticiens) et L’Art de Vivre (compagnie de théâtre et création sonore) se voient signifier par les services du Patrimoine de la Ville de Marseille la résiliation de leur bail et menacés d’expulsion sous un mois. Cette expulsion provoquerait l’arrêt brutal de leurs activités. Demandons solennellement à Monsieur Jean-Claude Gaudin, Sénateur-Maire de Maire de Marseille, d’intervenir au plus vite pour mettre fin à la procédure d’expulsion immédiate engagée à l’encontre des Pas Perdus et de L’Art de Vivre pour que soit engagée une démarche de conciliation auprès des résidents du Comptoir-Toussaint-Victorine. Afin que le Comptoir Toussaint-Victorine devienne un lieu digne des résidents qui l’occupent, digne du quartier dans lequel il se trouve et de ses habitants, digne de la Ville de Marseille ! ». Détruit par un incendie en février 2018, le Comptoir de la Victorine a fait appel à des bénévoles et à un financement participatif. Le lieu accueille lestetesdelart.fr
lartdevivre.org, appeldaire.net, smartfr.fr (susceptible de modification).

Début 2023 on apprenait qu’à l’horizon 2026 le site allait bénéficier d’une réhabilitation à 6 millions d’euros avec l’émergence d’un nouveau lieu de vie tourné vers les habitants du quartier et répondant à un besoin social.


SOURCES lartdevivre.orgmip-provence.org & Marsactu
PHOTOS lartdevivre.org
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie