Chapelle et Centre d’art contemporain Les Pénitents Noirs d’Aubagne

Centre d'art contemporain Les Aires Saint-Michel 13400 Aubagne
16
Chapelle et Centre d’art contemporain Les Pénitents Noirs d’Aubagne
Arrondissement : Autour de Marseille
La chapelle des Pénitents noirs était un ancien site religieux désaffectée d’Aubagne abritant depuis 2008 le centre d’art contemporain Les Pénitents Noirs. La bâtisse est un édifice dont la façade néo-classique du 18e siècle inspirée du Panthéon de Rome, fut classée à l’inventaire des Monuments Historiques en décembre 1927. Les espaces proposent aux visiteurs une plongée dans la création actuelle soutenue par des actions de médiation culturelle (visites guidées, atelier arts plastiques pour public scolaire ou adultes, etc…). La chapelle a obtenu à l’occasion de sa réhabilitation « Les rubans du patrimoine en 2008 ».

1035 : La chapelle apparaît pour la première fois sous le nom de Saint- Michel dans un acte par lequel Guillaume II, seigneur d’Aubagne, confirme la donation, faite par son père, de la chapelle à l’Abbaye de Saint-Victor. Elle est située alors à l’extérieur du castrum d’Aubagne, sur la partie la plus haute de la colline, conformément aux coutumes liées à l’archange Saint-Michel.

1472 : Après avoir été abandonnée au profit de l’église Saint-Sauveur, la chapelle est reconstruite, présentant alors un bâti orienté en croix latine avec abside.

Influences japonaises (2019)

1551 : La confrérie des Pénitents noirs nouvellement créée investit la chapelle puis, en 1564, la prolonge vers l’ouest. Ces laïcs regroupés en confréries apparaissent d’abord en Italie, à la toute fin du XIIe siècle. Ce mouvement gagne le sud de la France à partir du XIIIe siècle (Pénitents gris à Avignon, fondés en 1226), pour se multiplier entre le XVe et le XVIIe siècle.

Aubagne avec trois confréries regroupe, au milieu du XVIIIe siècle, près d’un millier de pénitents soit un sixième de la population de la ville. Les noirs sont les plus anciens (1551), puis viennent les blancs (1624) et les gris (1672). Ils accomplissent des rites de dévotion et des actions de charité en étant revêtus d’une aube serrée à la taille par un cordon et portant une capuche leur couvrant le visage. La couleur détermine leur nom et leurs activités. Ce costume, dissimulant leur identité, leur assure ainsi une parfaite égalité sociale. Ils sont enterrés avec et nu-pieds.

1784 : Après de nombreux travaux d’agrandissement, la chapelle est dotée de sa belle façade néo-classique inspirée du Panthéon de Rome.

1792 : Elle sert d’étable aux bœufs destinés au ravitaillement des troupes de Bonaparte pendant le siège de Toulon puis est abandonnée suite à la suppression des confréries.

1833 : La ferveur des Pénitents permet le rétablissement de la confrérie puis la restauration de la chapelle. Les travaux durent quatre ans : clocher reconstruit, nouvelle toiture en tuiles vernissées noires, corniche intérieure en gypseries. Le tournant de siècle marque l’arrêt définitif des activités des pénitents qui prouvent une dernière fois leur valeur lors de la grande épidémie de choléra en 1887.

1914-1918 : La chapelle est réquisitionnée pour le cantonnement des soldats. Elle sert ensuite de salle de spectacle où se jouent les pastorales.

1927 : La façade est inscrite sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

« Perceptions » de l’artiste Francois-Marie LUCA (2023)

2001 : La chapelle est réhabilitée en salle d’expositions temporaires devenue aujourd’hui Centre d’art.

C’est en 2008 que le centre d’art est créé. Un lieu dédié aux arts visuels. Les Pénitents Noirs ont véritablement assis leur renommée en 2013 dans le cadre de Marseille Provence, Capitale Européenne de la Culture. Le Centre d’art a accueilli à cette occasion trois grandes expositions : Mappings de l’artiste internationale Mona Hatoum, Picasso, céramiste et la Méditerranée, et Cabaret crusades de Wael Shawky. Depuis, cette structure municipale propose une programmation annuelle alternant la diffusion de la création contemporaine, avec des œuvres provenant de fondations (Prassinos, Hartung- Bergman), de musées (Ziem, La Piscine de Roubaix, Musée de la Légion étrangère), de l’Artothèque Antonin Artaud, et de la Cité Internationale de la Tapisserie d’Aubusson, pour la programmation à venir.

Le centre d’art a depuis sa création accueilli plus de 130 000 visiteurs. Son rayonnement géographique va bien au-delà de sa localité et de son territoire, en accueillant des publics au niveau régional et national.


SOURCES wikipedia Chapelle des Pénitents noirs d’Aubagne & Centre d’art contemporain Les Pénitents Noirs
PHOTOS Centre d’art contemporain Les Pénitents Noirs
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et son mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie