Parc du Grand Séminaire et Louis-Sauveur de Villeneuve

72 Rue Paul Coxe, 13014 Marseille
882
Parc du Grand Séminaire et Louis-Sauveur de Villeneuve
Catégorie : Parcs
Arrondissement : 14ème
Site Internet : mairiemarseille1314.fr
Au XVIIe siècle, le domaine de Saint Joseph dépend du territoire des Aygalades dont il est séparé lors de la fondation du village de Saint Joseph en 1648. C’est Louis Sauveur de Villeneuve, ambassadeur à Constantinople, qui fait construire la bastide, dont les volumes et les lignes courbes traduisent un grand sens de l’apparat. Il fait établir des plans par l’architecte Baltasar Dreveton, à qui l’on doit notamment le couvent des Bernardines, qui abrite aujourd’hui le Lycée Thiers

Parc du Grand Séminaire, Mairie du 13-14, Marseille

Le Grand Séminaire avec la tourelle aujourd’hui disparue

La propriété est acquise en 1770 par Joseph Hugues, réputé comme l’homme le plus riche de Marseille, qui sera guillotiné sous la Révolution. Le fils Hugues rachète la bastide et certaines dépendances. Par la suite, le négociant Anthoine, pionnier du commerce avec la Mer Noire, Maire de Marseille en 1805 et futur baron de Saint Joseph, restaure le château et donne au parc son caractère « pittoresque » en y intégrant rocailles, sculptures et cascades.

Les réceptions se succèdent alors à Saint Joseph et sur sa magnifique terrasse, dominant tout le territoire de Marseille jusqu’à la mer. Ces cérémonies manifestent aux yeux de tous la réussite de son propriétaire. Cependant, même dans ce lieu de plaisir et de repos qu’est la bastide, les fonctions résidentielles et sociales et l’économie restent étroitement liés, associant harmonieusement jardins d’agrément et jardins de production fruitière et maraîchère.

Parc du Grand Séminaire, Mairie du 13-14, MarseilleVendu aux enchères en 1829 et transformé en couvent, le domaine connaît des fortunes diverses avant d’être acheté, en 1921, par l’Evêché de Marseille qui y installe le Grand Séminaire. En 1976, la Ville de Marseille acquiert la bastide et son parc avec pour double objectif la préservation de ce joyau du patrimoine historique local et la création d’un parc pour la population du quartier. Entre temps la bastide a perdu la tourelle se trouvant sur son toit (voir photos).

La bastide abrite aujourd’hui la mairie des 13ème et 14ème arrondissements, ainsi qu’un centre d’animation de quartier, tandis que dans les dépendances est installé l’un des six équipements d’éducation à l’environnement municipaux, le Relais Nature Saint Joseph.


Parc du Grand Séminaire, Mairie du 13-14, MarseilleLouis-Sauveur de Villeneuve, marquis de Forcalqueiret, baron de Saint-Anastaze, ambassadeur de France auprès de la Sublime Porte (Empire ottoman) entre 1728 et 1741, est né le 6 août 1675 à Aix-en-Provence et décédé en 1745 à Marseille. Lieutenant-général de la sénéchaussée à Marseille en 1708, Louis-Sauveur de Villeneuve a contribué à pousser l’Empire ottoman à la guerre contre l’Empire russe, allié au Saint-Empire (guerre russo-turque de 1735-1739).

Il a également été chargé de négocier la paix entre les deux États, en réussissant à imposer des conditions défavorables aux Autrichiens. Par son intervention, la « paix de Belgrade » (traité de Belgrade du 18 septembre 1739) fut extrêmement favorable aux Ottomans.

Villeneuve, conseiller d’État en 1741, fut inhumé le 18 juin 1745 aux Dominicains d’Aix-en-Provence.


Parc du Grand Séminaire, Mairie du 13-14, MarseilleBaltasar Dreveton, ou Balthazar Dreveton, parfois appelé Graveton, né vers 1719 et mort , est un architecte français du xviiie siècle ayant travaillé à Marseille et en Espagne, probablement. La vie de cet architecte n’est pas documentée de manière infaillible. Baltasar Dreveton est probablement né à Marseille. En effet, à la demande du Sieur Louis Sauveur de Villeneuve, marquis de Forcalquier et ambassadeur du roi Louis XV à Constantinople, il y réalise son premier projet, le « Château Saint-Joseph » sur une colline au Nord de Marseille, avec vue au Sud, sur toute la ville et sa rade a l’Ouest. Baltasar Dreveton réalise à partir de 1745 le chapelle du couvent des Bernardines de Marseille, dans lequel les religieuses s’installent en 1751. L’église est décorée par le sculpteur Jean-Michel Verdiguier. Les religieuses seront expropriées à la Révolution. Le couvent sera utilisé comme caserne, avant de devenir un « Lycée Impérial » particulièrement performant à partir de 1802 et de prendre le nom de Lycée Thiers en 1930.

Parc du Grand Séminaire, Mairie du 13-14, MarseilleAprès le séisme de 1755 à Lisbonne, son ami Jean-Michel Verdiguier persuade Baltasar Dreveton de participer aux projets de réparation. C’est ainsi qu’appelé par le chapitre de la cathédrale de Cordoue, il répare à partir de en 1756 la tour campanile de la Mosquée-cathédrale. Pendant ce séjour, il réalise également la chapelle et le retable de Santa Inés de la mosquée-cathédrale. Avec Verdiguier il réalise « El Triunfo », monument dédié à l’archange saint Raphaël, à la demande de la ville de Cordoue, soucieuse de remercier son saint protecteur après le séisme. Il est maître d’œuvre du Colegio de Santa Victoria en 1760, remplaçant l’architecte français Louis Guilbert, mais ne l’a pas terminé à cause de l’effondrement de la coupole. L’architecte Ventura Rodríguez qui a été chargé de renforcer les murs pour leur permettre de reprendre la charge de la coupole de l’église. En 1766 il est appelé à Salamanque pour étudier la réparation possible du clocher appelée Torre de las Campanas de la nouvelle cathédrale.

Parc du Grand Séminaire, Mairie du 13-14, MarseilleLe maître d’œuvre Juan de Sagarvinaga et d’autres architectes avaient proposé de démolir la tour, mais la réussite de la sauvegarde du campanile de la cathédrale de Cordoue a amené le chapitre à lui demander son avis. Finalement sa solution de renforcement de la tour est acceptée. Dreveton a confié la charge des travaux à Jerónimo García de Quiñones et Manuel de los Rios. Les travaux ont été exécutés entre le 15 février 1768 et le 14 janvier 17712. Il est revenu en 1767 à Cordoue où il a proposé un projet d’aménagement de la chapelle de San Pedro, ancien Mihrab de la mosquée. Ce projet a causé une inimitié avec le sculpteur Verdiguier, mais qui a été passagère car ils ont collaboré sur des ouvrages un an plus tard. Les factures de certains ouvrages montrent qu’il séjourne encore à Cordoue en 1789.

Un architecte de ce nom est encore cité en 1805 comme évaluateur et expert.


SOURCES Mairie de Marseille & Wikipedia Louis Sauveur de Villeneuve & Wikipedia Dreveton
PHOTOS Cartes postales anciennes & Dominique Milherou Tourisme-marseille.com
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution


Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie