Monument à Edmond Rostand par Paul Gondard

Parc Chanot, 13008 Marseille
37
Monument à Edmond Rostand par Paul Gondard
Arrondissement : 8ème
Site Internet : edmond-rostand.com
Un peu perdu, comme abandonné face au Palais des Art, au sein du Parc Chanot, se trouve un monument en marbre de 1930 signé Paul Gondard rendant hommage à Edmond Rostand.

Edmond Rostand est l’auteur d’une des pièces les plus connues du théâtre français avec son Cyrano de Bergerac. Et pourtant dans sa ville de naissance les hommages restent relativement modestes…une rue et une placette portent son nom, on y trouve un petit buste et une plaque sur son ancien immeuble. Mais il aura fallu la farouche volonté d’une association dédiée à la mémoire de l’écrivain, dramaturge, poète et essayiste marseillais pour que certains de ces hommages voient le jour. Il n’en a pas toujours été ainsi, dès 1930, on érigea ce monument d’envergure, mais il se trouve actuellement dans un lieu perdu du Parc Chanot sans aucune valorisation. Cette œuvre en marbre est signée du sculpteur Paul Gondard. Son inauguration eu lieu le dimanche 13 avril 1930, au Prado, en bordure du square Amable Chanot par le sous-Secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, Eugène Lautier. Le comité marseillais pour ce monument a été créé dès 1923 par Emile Ripert (1882-1948), écrivain, académicien marseillais. Voici comment l’événement fut relaté par le journal L’Illustration du 19 avril 1930 : “Douze ans ont passé depuis la disparition du poète et sa gloire n’a fait que grandir. Il avait connu les plus grands triomphes qu’un auteur dramatique ait rencontré depuis Le Cid et Hernani ; il avait connu les jalousies mesquines, les incompréhensions et presque les haines de tous ceux qu’avait surpris cet immense et pourtant si légitime succès (…) Il semble qu’aujourd’hui on rende mieux justice au poète disparu et il semble que les fêtes qui viennent de se dérouler à Marseille les 12 et 13 avril, à l’occasion de l’inauguration de sa statue, cloront sans doute l’ère des disputes (…) Le monument d’Edmond Rostand se dresse au parc Chanot, au centre d’une pelouse ombragée d’arbres dont les feuillages laissent couler la clarté et de l’ombre sur le bloc d’où sort, génie s’évadant de la matière, la tête pensive et rayonnante du poète (…)

On dit et on répéta tout ce que le clair génie de Rostand avait de foncièrement français et comment, à une heure trouble, il sut exalter les qualités traditionnelles de notre race”.

Né à Marseille en 1884, 16 ans après Rostand. Paul Gondard entre à l’école des beaux-arts de Marseille où il est l’élève d’Émile Aldebert et de Marius Guindon. Il participe aux grandes manifestations de l’entre-deux-guerres, telle que l’Exposition coloniale de Marseille de 1922. Il entre à l’Académie de Marseille en 1950. Sa sœur, Jeanne Gondard, épouse en 1897 le sculpteur François Carli. Il est inhumé à Marseille au cimetière Saint-Pierre comme Edmond Rostand.

Edmond Eugène Joseph Alexis Rostand naît en avril 1868 à Marseille au no 14 de la rue Monteaux (devenue rue Edmond-Rostand). Issu d’une famille bourgeoise commerçante et banquière, il est le fils de l’économiste Eugène Rostand et d’Angèle Gayet (fille d’un riche fabricant de produits chimiques), et l’arrière-petit-fils d’Alexis-Joseph Rostand, un maire de Marseille. En 1880, son père emmène toute sa famille, Edmond, sa mère et ses deux cousines, dans la station thermale en vogue de Bagnères-de-Luchon.

Logés d’abord au « chalet Spont », puis à la « villa Devalz », ils font ensuite édifier la « villa Julia », à proximité du casino.

Autre buste, de 1993, place Edmond Rostand à Marseille

Edmond Rostand passe plus de vingt-deux étés à Luchon, qui lui inspire ses premières œuvres. Il y écrit notamment une pièce de théâtre en 1888, Le Gant rouge, et surtout un volume de poésie en 1890, Les Musardises. C’est dans cette station touristique qu’Edmond Rostand se lie d’amitié avec un homme de lettres luchonnais, Henry de Gorsse, dont il partage le goût de la littérature. De 10 à 17 ans, il étudie au lycée Thiers à Marseille. Il y accumule les prix et accessits, particulièrement en composition française, en histoire et en latin. Il se rend à Paris en 1884 pour compléter sa scolarité au collège Stanislas pendant deux ans. Il écrit une pièce restée inédite, Les Petites manies, et une nouvelle en prose, Mon La Bruyère. Muni de son baccalauréat, il est dirigé vers l’école de droit par son père, qui souhaite en faire un diplomate. Il passe sa licence, puis s’inscrit au barreau sans y exercer, avant de se décider à se consacrer à la poésie. En 1887, il présente à l’Académie de Marseille un essai sur « deux romanciers de Provence », Honoré d’Urfé et Émile Zola, qui obtient le prix du Maréchal de Villars.

Edmond Rostand en tenue de l’Académie française

Le 1er avril 1888, il fonde avec son ami Maurice Froyez, journaliste parisien, le « Club des natifs du premier avril », dont les statuts stipulent que ses membres jouiront à vie du privilège d’entrer gratuitement dans tous les établissements publics, opéras, théâtres, champs de course et maisons closes, de pouvoir rire aux enterrements afin de les rendre moins sinistres, de bénéficier à leur naissance du parrainage du chef de l’État et, en outre, de se voir attribuer un appartement de fonction dans un des Palais nationaux, résidence pourvue de tout le confort souhaitable et d’une domesticité jeune, accorte et complaisante. En août 1888, avec son ami Maurice Froyez, ils se rendent au champ de course de Moustajon et ils y décorent leur équipage d’une abondance de fleurs des champs. Ils font sensation devant un établissement à la mode, le café Arnative, et improvisent en terrasse une joyeuse bataille de fleurs avec leurs amis. C’est ainsi que naît le premier « Corso fleuri », ou Bataille des fleurs, à Luchon, devenue Fête des fleurs, le dernier dimanche d’août. On remettait une bannière au gagnant. Dans le train pour Montréjeau, son père fait la rencontre de Madame Lee et de sa fille Rosemonde Gérard (poétesse elle aussi, dont Leconte de Lisle était le parrain, et Alexandre Dumas le tuteur) et les invite à prendre le thé à la villa Julia. Le 8 avril 1890, Edmond épouse Rosemonde en l’église Saint-Augustin de Paris. Rosemonde et Edmond Rostand auront deux fils : Maurice, né en 1891, et Jean, né en 1894. Edmond quittera Rosemonde en 1915 pour son dernier amour, l’actrice Mary Marquet. Edmond obtient ses premiers succès en 1894 avec Les Romanesques, pièce en vers présentée à la Comédie-Française, et en 1897 avec La Samaritaine, mais la postérité retiendra surtout Cyrano de Bergerac, qui triomphe dès la première en 1897, alors qu’il n’a que 29 ans.

En 1900, il connaît un nouveau succès avec L’Aiglon. Mal remis d’une pleurésie après la première représentation de cette pièce, il part, quelques mois après, en convalescence à Cambo-les-Bains. Séduit par le lieu, il y acquiert des terrains sur lesquels il fait édifier sa résidence, la villa Arnaga. Dans les années 1910, il collabore à La Bonne chanson, Revue du foyer, littéraire et musicale, dirigée par Théodore Botrel. Pendant plusieurs années, il travaille irrégulièrement à Chantecler, dont la première a lieu le 7 février 1910. Après son relatif insuccès critique, Rostand ne fera plus jouer de nouvelles pièces. À partir de 1914, il s’implique fortement dans le soutien aux soldats français. Il meurt le 2 décembre 1918 à Paris, au 4, avenue de La Bourdonnais, de la grippe espagnole, peut-être contractée pendant les répétitions d’une reprise de L’Aiglon.


SOURCES wikipedia Edmond Rostand & Wikipedia Paul Gondard
PHOTOS  Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Léopold-Émile Reutlinger
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie