CCS – Club Central Des Supporters, 1972-2006

45 allée Léon Gambetta, 13001 Marseille
18
CCS – Club Central Des Supporters, 1972-2006
Arrondissement : 1er
C’est le précurseur du mouvement ultra et la plus ancienne association de supporters de l’OM du Stade Vélodrome, fondée en 1972 par Jacques Pélissier, surnommé « Pélo ». Le CCS est également le premier groupe à organiser des déplacements. Situés en bas du Virage Nord, le groupe composé de 2000 membres disparait en 2006 suite à un désaccord avec l’Olympique de Marseille. Son ancien local-bar en sommeil des allées Gambetta, au début « Club des Supporters Marseillais » affiche toujours le nom du groupe « Club Central Des Supporters », ainsi baptisé en 1981.

Tout allait bien pour le CCS jusqu’à ce que Vincent Labrune, le président de l’OM de l’époque, remette en cause la convention liant les divers groupes à l’OM. Alors que la majorité des groupes acceptait le nouveau contrat, le CCS a dit non. Résultat, en 2016, le groupe n’est plus un club officiel de supporters de l’OM. Si le local est toujours fermé depuis, en 2020 un graff est venu se poser sur sa grille, on y voit un « Aux armes !« , la Coupe d’Europe entourée de « Depé 93″, « Adieu Milan » « Renz« , « Je le jure sur la tête de Silvio Berlusconi »…une parole de la chanson le Feu d’IAM

Voici l’historique quasi complet du groupe que l’on trouvait sur son site internet aujourd’hui disparu également : 

Jacques Pélissier

Lettre d’avril 1972 expliquant les tout débuts et les démarches de M. Jacques Pélissier (1942-2006) pour devenir officiellement un groupe de supporters de l’OM suite aux conseils et l’aide des Présidents du Club de Supporters de Nimes Olympique et de Nancy-Lorraine, du Président de la Chambre Syndicale des débitants de boissons…le mois suivant, M. Pélissier crée officiellement l’association « Club des Supporters Marseillais » le 8 mai 1972. Et communique les buts de l’association à tous les amis du football. L’association commença avec 364 adhérents. Lors de sa première année d’existence, le CSM organisa 12 déplacements, dont l’un à l’étranger à Turin, avec pour une « première » un déplacement en train pour OM/BORDEAUX en 1972. Après sa première année d’existence, un bilan positif. En 1974, le CSM occupe un des sièges du conseil d’administration de l’OM, suite aux nouveaux statuts de l’OM avec une innovation où les socios et supporters sont admis comme membres associés. Le CSM crée ses premières sections : Istres, Lavera, Tarascon et Cavaillon. En 1976, 1er déplacement organisé en TGV pour la finale et création de la 1ère écharpe de supporter en 1976 (Ses motifs : zig zag et la Bonne Mère) à l’occasion de cette finale. Cela fait 40 ans qu’elle existe et elle a été reprise par des supporters d’autres équipes comme : Montpellier, Nancy, Strasbourg. Quelques exemples d’aide que le CSM a apporté à l’OM : Appareils de musculation, participations à la Foire, dons, déplacements, affiches, argent (69.330 francs en 6 ans).

En 1981, M. Cuny avait annoncé qu’il avait besoin de 15.000 francs pour la rénovation de la Villa du Centre de Formation. Le CSM a obtenu 16.950 francs qui ont permis à la réalisation des travaux.

LA TRANSITION : du CSM au CCS « Club Central Des Supporters »

A la demande du Comité de Gestion Professionnel de l’OM, le club des Supporters Marseillais a accepté de s’intégrer à la vie associative de l’OM dans les conditions arrêtées en commun lors de la réunion de travail en janvier 1982. Le CSM devient alors le CCS en mars 1982 à la demande du Président Carrieu.

LES ANNEES 80
A l’époque, la vie associative de l’OM était répartie en 5 composantes : CCS, OMA, Amicale des Anciens, Association des Parents de Jeunes Joueurs, Club service. Ces associations participaient :
– aux réunions de la commission sociale : problème de formation dans les clubs professionnels, création du CAP des Métiers du Football, recherche d’emplois pour certains joueurs de la section amateur…)
– aux réunions du Comité directeur de l’OM
– aux réunions du Comité Central de la Vie Associative
Ainsi qu’à toutes les manifestations officielles du club.
La Vie associative rassemblait à elle seule en 1984/85, 1549 adhérents. Le CCS représentait plus de 70% du nombre de ses membres, à aider activement.

Une centaine de réunion se tenait dans la saison pour assurer le fonctionnement :
– cartes permettant aux membres du club de bénéficier de divers avantages : priorité abonnement, location prioritaire, réduction sur le prix d’entrée des matches de jeunes…
– nouveaux locaux dans l’enceinte du stade pour l’organisation de la location pour les membres associés.
– tournoi de jeux de société
– lotos
– stands à la Foire de Marseille
– participation à « l’olympien du mois » patronné par le Provençal et Pastis 51
– diffusion des matches
– gadgets et service promotion assurés par le CCS et l’OMA.

Pendant cette période, le CCS a tout mis en œuvre pour aider l’OM

  • Journaux / Radios :

> Au début des années 80, le CCS a eu l’idée de se rapprocher des journalistes concernés, ainsi l’association s’est occupée d’établir des contacts avec la presse locale pour mieux faire connaître les actions fondamentales de l’OM jusqu’alors ignorées. Suite à ces interventions, un rendez-vous a été obtenu avec le Directeur Général du Journal le Provençal, M. De Barbarin. Une collaboration se mettra alors en place pour allier les intérêts bien compris de l’OM et du Provençal.

> Rédaction « Marseille-foot » : Le Rédacteur en chef du CCS relatait en toute liberté, les échos et les informations concernant la vie du club. Et sur son initiative, un comité de rédaction avec un membre de chaque association de l’époque a été créé. En 1983/84, Sur proposition des représentants du CCS, il est décidé de lancer une campagne d’abonnement spécifique à Marseille Foot, et parallèlement avec la campagne d’abonnement pour les places. Les abonnés étaient servis par distribution au Stade Vélodrome sur présentation d’une carte Marseille Foot numérotée à cet effet aux stands des Supporters. Permanence tenue par les membres du CCS qui ont contribué à une large diffusion.

> Radios : L’image de marque du CCS s’est étendue sur les ondes radiophoniques de « France Inter » et « Forium 92 », et le CCS a eu d’excellents rapports avec les journalistes de la presse sportive.

> Le CCS en lançant la campagne « J’aime l’OM – j’aide l’OM » a pu ramener une petite somme financière pour l’OM

  • Trophée :

en 1982, le CCS avait suggéré de mettre sur pieds une remise d’Oscars, en fonction des performances des joueurs de l’équipe. La création de Trophées se concrétise le 18 janvier 1983 dans les Salons Pernod. Le Journal le Provençal, la société Pernod et l’OM y collaboreront conjointement. A l’occasion de ce lancement, il a été procédé à la désignation de l’Olympien de l’année 1982, Marc Levy, suite à un sondage effectué par le journal le Provençal. Cette organisation était mensuelle dénommée « l’Olympien du mois ».

  • Un Protocole d’accord est signé entre LE CCS, SES SECTIONS et L’OM :

M Jacques Pélissier avait déjà créé des sections et afin de les officialiser, il demanda à l’OM d’établir un protocole d’accord. Près de 80 sections fut créées dans toute la France pour promouvoir et soutenir l’OM. Une aide considérable pour le développement de l’OM dont ils ont aujourd’hui oublié l’importance ! A chaque inauguration des sections, les dirigeants et des joueurs étaient présents.

  • Campagne d’abonnement et billetterie :

A l’époque, lors de l’étude de prix pour la saison à venir (abonnements, tarifs matches) le Comité de l’OM consultait les avis des 2 clubs de supporters CCS et l’OMA. Pour les campagnes d’abonnement, des membres du CCS assuraient une permanence, à titre bénévole, permettant ainsi la réalisation d’une économie appréciable pour l’OM. Et à partir de 1983, l’OM nous a confié l’exclusivité des réservations pour certaines travées de la Tribune Ganay, d’où de nombreuses adhésions recueillies. Le CCS vendait aussi des places pour le compte de l’OM.

  • Promotion commerciale :

Le CCS vendait des gadgets et des journaux à domicile comme à l’extérieur lorsque c’était possible. Nous avions l’exclusivité de la vente de maillots, écharpes…L’achat se faisait directement à l’OM et le CCS reversait 75% des recettes. Nous avons commencé avec des tables de camping, puis nous avons investi dans des petites caravanes, avec 4 points de vente et une palme particulière au stand situe au virage nord (sous le tableau d’affichage). Mais à partir de 1984, le CCS n’avait plus l’exclusivité de la vente des gadgets de l’OM. Exemple d’aide financière en 1985 du CCS pour l’OM : Chèque de 120.000 francs remis à l’OM représentant les 75% de son excédent de caisse + 22.270 francs offerts par le CCS (don pour l’équipement OM Professionnel et OM Gadgets) + 14.000 francs versés par l’excédent de caisse de nos sections.

  • Places pour les matchs à l’extérieur et déplacements :

Le Comité de Gestion de l’OM considérait le CCS comme organe de centralisation des demandes de places (pour les matches à l’extérieur). Tous les déplacements extérieurs étaient confiés au CCS En 1983/84, 25000 personnes ont été transportées, 50 autocars, 7500 billets vendus. Et uniquement pour le déplacement à Lyon : 2166 billets et 800 personnes en 15 autocars au départ du siège du CCS. Et avec les sections : 23 autocars.

  • Création Charte des Supporters :

Suite aux écarts de comportement par certains supporters lors du match Sète-om le 17/9/83, le CCS eu l’idée de mettre en place une charte du supporter.

  • Et à la fin des années 80,

En 1987, grâce au travail de notre association, Jacques PELISSIER au nom du CCS donne à l’OM (pour le centre de formation) la somme de 1.000.000 francs, somme considérable pour l’époque. Malgré ce, les remerciements ne suivent pas, bien au contraire. M. Pélissier avait été fier de son geste malgré les réticences de certains qui auraient préférés que cet argent soit gardé dans le capital du CCS pour le faire évoluer. Seul un diplôme de remerciement a été fait envers Jacques Pélissier !

Pendant ces années, M. Jacques Pélissier a été un précurseur pour les déplacements, il était en contact direct avec les clubs adverses pour l’achat des billets, le CCS était le seul club de supporters à les organiser. Parents et Femmes de joueurs faisaient les déplacements avec le CCS. L’ambiance était familiale. Les joueurs venaient voir les supporters au siège. Les clubs adverses nous accueillaient chaleureusement en organisant des repas. C’est grâce à M. Pélissier que le mouvement supporter a pris autant d’ampleur à Marseille, et grâce à toutes nos sections. Sa devise, soutenir son équipe, toujours dans le respect de l’adversaire. Il a été également un précurseur pour la vente des articles de supporter et la création de la charte des supporters. Avec l’arrivée de Bernard Tapie, beaucoup de choses ont changé. Le CCS a perdu beaucoup d’avantages. Pendant 4 ans, il n’y avait plus de réunion du comité directeur de l’OM. L’OM ferme les yeux sur certaines choses, sur les dérives de clubs non officiiels. Bernard Tapie veut un stade animé, il veut plusieurs clubs de supporters et instaure une nouvelle politique  : diviser pour mieux régner. Les autres groupes se créent à partir de 1984. Et il permet à tous les groupes de supporters de vendre les abonnements à leurs adhérents. Quels étaient leurs intérêts à l’époque :  l’OM n’avait pas la structure et ne voulait pas gérer cette « population ». Tous les groupes de supporters ont participé ensuite à cet engouement grandissant du supportérisme marseillais. Ils ont fait du stade ce qu’il est maintenant : des tribunes toujours animées, des tifos de plus en plus magnifiques, une transmission d’une passion inégalée, comment ne pas le reconnaitre quand des personnes du monde entier souhaitent une seule chose, aller en virage pour être avec nous tous. Nous savons très bien qu’avant tout, cela se joue sur le terrain, mais sans ses supporters, l’OM ne serait pas ce qu’il est maintenant. Les groupes remplissent à eux seuls la moitié du stade. Les groupes ont toujours participé à aider l’OM. En 1992/93, suite aux difficultés financières de l’OM, il a été décidé lors d’une réunion de Tous les Clubs de Supporters d’organiser une collecte intitulée « le Défi Marseillais ». Une vaste campagne de soutien lancée à Marseille et dans toutes les régions. La somme totale récoltée pour le défi marseillais s’élevait à 400.000 francs dont 200.000 Francs recueillis par le CCS (150.000 F pour le CCS Marseille et 50.000 F pour les sections du CCS. A l’occasion de la remise des chèques par les sections, le CCS a organisé une réception au Club Pernod le 3 novembre 1993. Certes de nos jours, il est plus difficile d’aider financièrement l’OM. Avec un budget de 125M d’euros, il est difficile de lutter. D’autres actions ont été menées, mais il faudrait presque écrire un livre.

Retour sur la signature de la convention et la fin du groupe

Les autres groupes ont signé une dernière convention qui ne parlent finalement plus que de la commercialisation. Ce qu’il en ressort c’est qu’ils ont signé par obligation et non pas par conviction, et cette convention fait toujours débats, tout n’est pas réglé. Le CCS ne pouvait pas signer une convention inachevée, un contrat sans connaitre les tenants et les aboutissants. Tout ce que nous savions c’est qu’à la différence des autres groupes, nous perdions en plus la billetterie officielle que nous avions depuis 2000 et nos abonnés dans les autres tribunes Ganay et Jean Bouin, qui nous font confiance pour certains depuis 30 ans. Signer une convention où nos sections ne pourraient plus fonctionner comme avant, où leur investissement financier et personnel serait remis en question. Plus de flux financier signifiait que nous ne pourrions plus acheter les places pour les matchs à l’extérieur et donc ne plus pouvoir organiser les déplacements, ni proposer des places à nos adhérents et nos sections. Mis à part, les flux financiers, il y avait le problème d’identification des abonnés virages. Les cartes d’abonnement nous étaient vendues avec juste le nom du groupe sur les cartes. Ce qui va changer à partir de cette saison, c’est qu’il va y avoir le nom et un prénom comme pour les abonnés tribunes. L’OM va pouvoir avoir un listing des abonnés. Mais en fait, le fonctionnement ne changera pas, pas de vérification de l’identité des personnes à l’entrée du stade en fonction de la carte, placement libre en virage. N’importe qui pourra donc transmettre sa carte à des copains. Il en est de même pour la vente des billets, les billets vendus ne sont pas nominatifs et peuvent être vendus par quatre ou six. Chaque personne dans le stade ne sera donc pas identifiée. C’est donc un faux problème. La chose qui ressort est finalement un listing commercial. Un listing représentant plus de 25000 clients potentiels, un listing pour l’OM mais pour tous leurs partenaires….

Notre rôle est donc de n’être plus que des animateurs pour le compte de l’OM, c’est bien ce que l’on nous a fait comprendre lors des réunions. Mais avec toujours la clef Damoclès sur notre tête pour le moindre problème. Sauf que nous ne pouvons être responsables de l’attitude de chaque supporter, nous ne pouvons surveiller et être derrière chaque personne.
Le CCS est un groupe de supporter familial, qui n’est pas pour la violence, qui n’a aucun problème avec les pouvoirs publics. Nous ne sommes pas des hooligans, et nous ne voulons pas être mis dans le même panier à cause de cette étiquette « groupe de supporters ». Cette discrimination permanente est pesante pour nous et pour tous nos adhérents.

Ainsi, notre histoire devrait se terminer, le 1er Club de supporters officiel de l’OM va disparaître, non pas parce que nous sommes un groupe de supporters à problème, non pas parce que nous mettons des banderoles ou des fumigènes, non pas parce que nous ne respectons pas les dirigeants et employés de l’OM, mais simplement parce que l’OM a voulu récupérer notre travail et nos adhérents. Combien de fois, l’OM a contacté nos abonnés en ganay et jean bouin pour leur demander pourquoi ils passaient par nous au lieu de s’abonner directement à l’OM.


SOURCES La Marseillaise & Football Club de Marseille & ccs-marseille.com
PHOTOS ccs-marseille.com & Google Maps
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et son mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie