Ferme des Borels, l’immense Domaine Battelier

8-14 Boulevard du 7ème Tirailleurs Algériens
12
Ferme des Borels, l’immense Domaine Battelier
Arrondissement : 15ème
Difficile d’imaginer que cet ensemble de petites maisonnettes abritait en 1791 la ferme Battalier sur 7 hectares ! Vers 1915-1920, le lotissement des Borels avec son ensemble de jardins et de cabanons, démembre la ferme dont les terres s’étendaient alors au dessus du canal de Marseille jusqu’au chemin de la Mure.

Interprétation de la taille du domaine de la ferme en 1791

Selon une notice du ministère de la culture, avant cela, en 1819, la ferme était incluse dans un immense domaine qui s’étendait au Nord jusqu’à l’actuelle cité HLM de la Savine. L’ensemble appartenait à Honoré Arnavon qui résidait en ville. Il s’agit peut-être du négociant Louis Honoré Arnavon, fabricant de savons, membre du conseil municipal et colonel de la garde nationale de cette ville en 1830, élu député conservateur du département des Bouches-du-Rhône. La ferme qui comprenait une loge à cochon et une aire à battre était entourée de vignes. Le puits n’est pas mentionné sur le cadastre de 1819. A cette date, le réseau viaire qui dessert actuellement la ferme était déjà en place (actuel boulevard du 7e tirailleur algérien et boulevard Bellevue). La ferme tient son nom du propriétaire, Borel, qui l’acquiert vers 1895, mais une autre version attribue le nom du quartier au terme occitan borèl, désignant un coussin garni de bourre, issu du bas latin burra, « laine grossière, bourre », témoignant de l’ancien terroir rural, à vocation agricole.

La ferme se compose alors d’un logis à un étage, d’étables, d’un pigeonnier, d’un lavoir et d’un puits. Le logis et les étables sont en maçonnerie enduite, couverts de toits à longs pans en tuiles creuses. Le pigeonnier en maçonnerie possède des encadrement de baies en briques, un toit en pavillon est couvert en tuiles plates mécaniques. L’ancien puits, qui subsiste à l’état de regard, est actuellement situé sur la place du Calendau.

Le logis remonte au 17è ou au 18è siècle, le pigeonnier au 1er quart du 20ème. Les étables ont été transformées en commerces, puis en logis au 4ème quart du 20è siècle.


SOURCES culture.gouv.fr & Wikipédia
PHOTOS Google Maps
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et son mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie