Campement de l’armée des Indes de la Valentine, 1914-1918

Rte de la Sablière, 13011 Marseille
70
Campement de l’armée des Indes de la Valentine, 1914-1918
Arrondissement : 11ème
Parmi les nombreux Pays qui ont participé aux côtés de la France, aux combats de la 1ère Guerre Mondiale, il faut citer l’Inde, alliée aujourd’hui méconnue. Les premiers contingents venus du Commonwealth, dont 25 000 indiens, arrivent à Marseille à partir du 26 septembre 1914 entraînant la création d’insolites camps au parc Borély, sur l’Hippodrome, à la Barasse, et ici à la Valentine au sein de l’ancienne Campagne Mère sur l’emplacement de l’actuel Géant Casino…des lieux de transit pour les troupes anglo-indiennes en attendant de partir sur le front. Près de 10 000 soldats indiens seront tués en France durant la guerre 14-18. 994 hindous seront enterrés à Marseille au Cimetière Militaire Britannique de Mazargues.

Bien qu’éloignée du front, Marseille, port de premier ordre, est ville de garnison. En plus des casernes déjà existantes et des autres bâtiments réquisitionnés pour l’occasion, de nombreux camps sont installés en ville ou à la périphérie et ce pour des soldats du monde entier, africains, anglais, américains, russes, italiens, australiens, canadiens, néo-zélandais, martiniquais, annamites, chinois et hindous. La Gare Saint-Charles, essentielle pour les transports militaires, devient le centre d’une activité incessante, d’autant plus que, non loin, la Caserne du Muy est le cœur du commandement militaire et que la faculté des sciences et le lycée Saint-Charles ont été réquisitionnés. Les troupes de l’armée des Indes sont d’abord envoyées en train à Orléans sous le commandement de Mutina-aman Musset (via Toulouse) dès le 30 septembre, pour recevoir un entraînement militaire de quelques semaines au camp de Cercottes (Loiret).

C’est fin octobre qu’elles sont envoyées sur le front Nord, sur un secteur s’étendant de Fauquissat à Givenchy-lès-la-Bassée (Pas-de-Calais). De 1914 à 1918 des camps s’installent à Borely, à la Valentine et la Barrasse. Un campement s’installe notamment le long de l’actuel boulevard Sainte-Anne appelé à cette période boulevard du Camp des Hindous. Il devient un sujet de promenade pour la population qui vient voir les soldats de l’armée britannique des Indes avec ses lanciers du Bengale et ses sikhs enturbannés. Ces troupes sont ravitaillées par la Joliette en chèvres pour les soldats ne mangeant pas de porc et des milliers de barriques d’eau du Gange sont envoyées pour les ablutions rituelles des bouddhistes ! Ces troupes était divisées en plusieurs forces. La Force A a été intégrée au Corps expéditionnaire britannique. Elle était constituée des troupes venant des Indes intégrées au C.E.B, qui arrivèrent le 30 septembre 1914 à Marseille. Elle était formée de quatre divisions qui furent regroupées en un corps d’armée indienne à deux divisions d’infanterie et un corps de cavalerie indienne aussi à deux divisions. Elles étaient commandées par Jarres Willcocks. Le corps de Lahore fut en tête lors de la Bataille de La Brisée.

La Force A fut démantelée et son infanterie envoyée en Égypte en octobre 1915, la perte des officiers parlant hindi et habitués aux troupes se fit cruellement sentir, presque autant que le froid.

La Force A qui n’avait pas d’artillerie régimentaire, manquait d’entraînement sur le matériel moderne. Seules les deux divisions de cavalerie restèrent en France et servirent en soutien des troupes anglaises. Elles furent retirées en mars 1918 pour aller aussi en Égypte. Plus de 130 000 indiens servirent en France et en Belgique, plus de 9 000 y laissèrent la vie. De nombreuses tombes de ces soldats se trouvent au cimetière militaire britannique de Mazargues à Marseille. Au total, outre les troupes françaises, près de 4 millions d’hommes de toutes origines transiteront alors par Marseille.

En complément, selon le Musée des Beaux-Arts d’Orléans qui a consacré une exposition sur le sujet, si des soldats indiens ont été amenés à se battre dans le Nord de la France et en Belgique, c’est que l’Inde faisait alors partie de l’Empire britannique. Essentiellement utilisé pour la protection de la paix intérieure et de la défense des Frontières de son pays, le soldat indien n’avait jamais combattu en Europe. Le corps d’Armée indien devait se rendre à l’origine en Egypte pour assurer la défense du Canal de Suez, afin de permettre aux Troupes Britanniques de combattre en France. Mais devant les lourdes pertes britanniques sur le Front de l’Ouest, le corps expéditionnaire indien fut détourné sur la France. Il comportait 2 divisions d’infanterie et 2 divisions de cavalerie. C’est ainsi que le 26 septembre 1914, les 2 premières brigades de la fameuse Division de LAHORE débarquent à Marseille. Elles défilent dans les rues de la ville où elles rencontrent un franc succès et sont chaleureusement acclamées. Le corps d’armée indien comprend environ 100 000 soldats et officiers originaires de toutes les régions du sous-continent indien. Les SIKHS (avec barbe et turban) forment le noyau dur de cette armée.

Il faut également citer les GURKHAS, originaires du Népal, les PUNJABIS et les RADJPOUTES qui sont de valeureux guerriers. Leur campement à Marseille était donc situé en partie au parc Borely. Les soldats indiens ont rencontré un grand succès auprès de la population durant leur long périple en train jusqu’à Saint-Omer, dans le Nord de la France. Le corps d’armée indien est en place dès la fin du mois d’octobre dans le Nord de la France et arrive à un moment crucial de la guerre. Sa vaillance et son efficacité ont été unanimement reconnues par les alliés d’autant plus qu’il a dû s’adapter très vite au climat (hiver) et au terrain.

Le plus haut fait d’armes de l’armée indienne fut la reprise aux allemands du village de Neuve-Chapelle situé entre Béthune et Armentières (du 10 au 13 mars 1915). Cette armée va se battre à Ypres, à Saint-Julien, à Loos, à Messines, à Arras, à Bapaume, à Lens, à Mons, à Charleroi.


SOURCES Musées région centre & archivesexpos.marseille.fr
PHOTOS Cartes postales anciennes & archivesexpos.marseille.fr (photo des camps de Borely, la Barasse et la Valentine)
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie