Jardin de lecture des Archives et Bibliothèque départementales

108 Rue Peyssonnel, 13003 Marseille
27
Jardin de lecture des Archives et Bibliothèque départementales
Arrondissement : 3ème
Site Internet : www.archives13.fr
Créé en 2006 par l’architecte Corinne Vezzoni au moment de l’édification du bâtiment des Archives et Bibliothèque départementales, ce jardin de 5 000 m², délimité en périphérie par un socle en pierre de lave identique à celui du bâtiment, accueille des lectures publiques, concerts, cinéma en plein air et expositions sur ses murs extérieurs comme avec “Tous dehors, tous vivants” en 2021. Ouvert aux riverains, il est venu pallier le manque d’espaces verts du quartier d’Arenc.

A l’intérieur on y trouve une jolie surface verte et arborée, des bancs et des sièges et on peut y observer la nef de l’Eglise Saint Martin d’Arenc, dont les jardins pourraient éventuellement se raccorder un jour. On y découvre également deux statues de vaches grandeur nature. Ces herbivores en fibre de verre blanche ont été décorés par des artistes et faisait partie des 63 vaches exposées aux quatre coins de la ville du 11 juin au 11 octobre 2007 lors de la Cow Parade marseillaise.

L’une des deux vaches des Jardins de Lecture, la bleue, “Le Ciel de Marseille” est signée Virginier Vigier, alias Lady Caviar. L’autre, la noire, “Méandrilla” a vu sa plaque disparaître.

Le Cantique des Oiseaux

Du 13 mars au 9 octobre 2021 se tenait sur les murs du jardin de La Lecture des Archives et Bibliothèque départementales une exposition d’Hélène David, photographe, Aurélie Darbouret, auteure, et Philippe Somnolet, ethnographe en collaboration avec les Archives départementales. Le titre de l’exposition fait référence au poème persan Le chant des oiseaux, écrit en 1177, qui raconte l’histoire d’une bande de trente oiseaux pèlerins partant à la recherche de leur roi. Plus largement, il évoque le langage des animaux qui surgissant dans notre quotidien, nos rêves ou nos mythes, apportent à nous, humains, un autre accès au sens. Le mur d’affiches qui se déploie aujourd’hui sur le mur du jardin, en face des Archives et Bibliothèque départementales, est le fruit d’une quête menée par Hélène David, artiste, Aurélie Darbouret, auteur et Philippe Somnolet ethnographe depuis août 2019, dans le département des Bouches-du-Rhône.

Elle se nourrit d’une collecte conduite sur le terrain auprès d’intercesseurs (éleveurs, pêcheurs, bergers, thérapeutes, conservateurs, biologistes…) et dans le même temps, d’une recherche dans les fonds des Archives départementales guidée par les archivistes, de documents attestant au cours des siècles des relations complexes et fécondes entre l’homme et l’animal.

Les documents d’archives sont reproduits et affichés à côté des photographies d’Hélène David, des extraits d’entretiens sonores recueillis par Aurélie Darbouret et montés par Bertrand Wolff et d’un abécédaire façon Deleuze composé par Philippe Somnolet. Ces fragments juxtaposés et confrontés composent un récit choral, une chorégraphie, où les individus humains et non humains s’incarnent, les voix se mêlent dans un large flux de vivant, orchestrées par l’élégance de la mise en page de François Marcziniak. La frise est construite au fil des couleurs des blasons et des premiers pigments de l’art pariétal. Ocre, noir et rouge : Gueules/Argent/Sable. Certains habitants du territoire ont été invités à prendre part à ce récit polyphonique par le biais d’ateliers d’écriture, d’ethnographie et de pratique photographique. On y retrouve ainsi des extraits des productions écrites et figurées de l’école de la Rose Sauvagine, du lycée des Calanques, d’un groupe d’adhérents de la Maison du Bel Âge Longchamp et de l’Amicale des déficients visuels de Provence.

Les tonalités vibrantes et sensuelles des photographies, les bêtes photographiées à hauteur d’homme, les sons à écouter, les bribes de récits drôles, décalés, poétiques, s’entrechoquent en une expérience sensorielle forte. Un surgissement urbain qui nous renvoie à la beauté et l’étrangeté de notre relation à l’animal, et à la question de la part de sauvage qui est en nous.


SOURCES Le Moniteur & Archives 13
PHOTOS  Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Plan Corinne Vezzoni
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie