Le Marché des Grandes Halles du Vieux-Port, Ex Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art

21 Cours d'Estienne d'Orves, 13001 Marseille
3320
Le Marché des Grandes Halles du Vieux-Port, Ex Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art
Arrondissement : 1er
Site Internet : lesgrandeshalles.com
C’est sur le cours Estienne d’Orves, à deux pas du Vieux-Port et dans un quartier animé où les souvenirs du Vieux-Marseille sont encore très présents, que l’association de la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art s’était installée en 1983. Les anciens bâtiment de l’Arsenal accueillaient autrefois plus de 400 corps de métiers. Ils ont été rénovés afin de recevoir le public pour des visites, des projections, des conférences-débats, des démonstrations publiques de savoir-faire par les professionnels et des expositions temporaires. Mais fin 2021 on apprenait que le lieu accueillera au final un marché paysan et des commerces de bouche couplé aux Grandes Halles du Vieux-Port, un espace de restauration ouvert durant l’été 2022. 1000 m² et 3 étages ouvrent provisoirement leurs portent le 21 décembre 2022, tenues par des professionnels du territoire. Le 16 mai 2023, le concept a réouvert après la finalisation des travaux. On y trouve 11 échoppes entre épicerie corse, fromagerie, primeur charcutier, traiteur, sushis, torréfacteur…le marché est ouvert du mardi au dimanche après-midi, de 9h30 à 14h00 et de 16h30 à 20h00. Retour sur l’histoire de cet écrin.

canal-de-la-douane-marseille-5

La maison au temps du Canal de la Douane

Unique en son genre, la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art a été créée en 1983, à l’initiative de la Ville de Marseille et avec le soutien de nombreuses institutions. La région PACA possède le plus fort contingent d’artisans de France. Marseille, métropole du bassin méditerranéen, avait été choisie pour accueillir ce lieu de rencontres et de partage entre les artisans, les artistes et le public. La Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art offrait aux artisans du monde l’occasion de transmettre leur savoir-faire traditionnel, et d’exercer leur créativité. A travers son action, la municipalité affirmait l’intérêt qu’elle portait aux métiers de la création et sa volonté de transmettre la richesse culturelle de la cité. Elle servait également de relais entres les centres d’informations locaux, départementaux et régionaux et joue un rôle pédagogique majeur auprès de la jeunesse marseillaise en suscitant des vocations.

Suite à la crise du Covid et le changement de municipalité, la Maison de l’Artisanat a fermé ses portes pour se transformer en décembre 2022 en un marché paysan et des commerces de bouche.

Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Arts, exposition « Un Monde en miniature »

La Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Arts est édifiée sur l’emplacement de l’arsenal des Galères à Marseille. Elle ne pouvait s’implanter que sur ce lieu chargé d’histoire puisque, par ses expositions, elle retraçait la vie d’une époque et permettait une meilleure connaissance de l’Artisanat d’Art à travers le temps. Dans l’Antiquité, la galère était un bâtiment de combat gréé d’un mât unique et d’une voile carrée. Elle était manœuvrée essentiellement à l’aviron. L’origine de l’Arsenal des Galères remonte à 1296 Voulant reconquérir la Sicile, Charles II d’Anjou, comte de Provence et roi de Naples, acquiert une partie des chantiers communaux de construction navale du Plan Fourmiguier (le quai des Belges). La première galère est construite à Marseille par des patrons pêcheurs qui n’ont de cesse de repousser les corsaires. Se révélant être des navires de grandes renommée, le port abrite en 1533 jusqu’à 18 galères royales.

Ayant soumis la ville rebelle en 1660, Louis XIV met Marseille sous étroite surveillance administrative, politique et militaire.

Exposition « Un Monde en miniature »

Il confie à Nicolas Arnoul, le poste d’Intendant Général des Galères avec pour mission de construire un vaste arsenal moderne et de reconstituer une importante flotte. Dépendant directement du Secrétariat d’Etat à la Marine, il échappe à la hiérarchie militaire et dispose ainsi des pleins pouvoirs. Les grands armements maritimes de Louis XIV rendent très vite le Plan Fourmiguier trop exigu. Un projet d’agrandissement est lancé en 1687. De chantier, le Plan Fourmiguier devient le remarquable Arsenal des Galères avec l’affectation des forçats aux galères. Délimitée par les rues Paradis, Sainte et Fort-Notre-Dame jusqu’aux quais des Belges et Rive-Neuve, c’est une véritable Cité pourvoyant elle-même à tous ses besoins. On y construit, arme, répare les galères et fabrique le nécessaire au gréement. Vingt huit galères sont construites dans la seule année de 1679, tandis que l’on dénombre jusqu’à une quarantaine de galères ancrées devant l’Hôtel de Ville.

Les Grandes Halles du Vieux Port, juste en face

Parmi celles-ci, la galère du Roi, décorée par le célèbre sculpteur Puget, est une véritable ouvre d’art flottante. En 1700, quatre cents corps de métiers sont installés dans l’Arsenal. L’effectif militaire comprend 5.000 matelots et soldats, 1.000 sous-officiers et 400 officiers, 2.500 ouvriers ou compagnons. 12.000 « benevoglies », esclaves, forçats, condamnés de droit commun constituant la chiourme. Un canal intérieur, la Darse, sera creusé en 1702 sur l’emplacement du cours d’Estienne d’Orves et de la place aux Huiles. Mais, à la suppression du Corps des galères en 1748, l’Arsenal perd peu à peu son activité au profit de Toulon et le 3 septembre 1781 Louis XIV vend l’Arsenal à la Ville de Marseille. Cette année-là, près de 7 000 galériens deviennent bagnards à Marseille, à Toulon ou à Brest, tandis que les bâtiments sur lesquels ils ramaient sont désarmés. En 1762 Choiseul rétablit les fonctions de l’Arsenal, mais en 1781 le Maréchal de Castries ordonne son abandon et la dernière galère est envoyée à Toulon avec 500 forçats. Il reste à ce jour de l’Arsenal quelques pans de murs et la façade de la Capitainerie que l’on peut voir au 23, Cours d’Estienne d’Orves.

Les onze nouvelles boutiques du Marché des Grandes Halles

Ribella • Épicerie corse
Coquillettes et Fusilli • Pâtes fraîches et raviolis
Fromagerie de Sophie • Fromager
Deep Coffee • Torréfacteur de café de spécialité
Truffière de Marcel • Épicerie fine de produits à base de truffes
Les Épices de Marcel • Épicier
Le Canon du Vieux-Port • Cave à vin
Le Primeur des Halles • Primeur
Raphaël Chiappero • Charcutier & Traiteur
Le Pain des Collines • Boulanger bio
Toasushi • Sushis


SOURCES Maison de l’Artisanat et des Métiers & Le Bonbon
PHOTOS Dominique Milherou tourisme-marseille.com & Archives
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie