Les Anciennes Usines Picon

9 Boulevard National, 13001 Marseille
1581
Les Anciennes Usines Picon
Arrondissement : 1er
D’origine marseillaise Le Picon cet amer de couleur caramel qui accompagne traditionnellement la bière notamment dans l’Est et le Nord ? et bien en partie oui ! Les usines se trouvaient dans un superbe immeuble toujours visible à l’angle du Boulevard National et la Rue du Coq dans le 1er arrondissement. Le Picon est élaboré à base de zestes d’oranges frais et séchés puis macérés dans une solution d’alcool puis mis en distillation. Le Picon nécessite également des racines de gentiane et du quinquina, tous deux macérés également. Du sirop de sucre et du caramel sont ajoutés par la suite.

La famille Picon quitte la province de Gênes où elle était implantée pour Marseille en 1815. Là, le jeune Gaétan Picon (1809-1882) devient apprenti dans une distillerie.

Plus tard, engagé dans l’armée en Algérie, il attrape comme tant de ses camarades une « fièvre maligne » ; il invente alors une mixture à base de zestes d’orange, de quinquina et de gentiane macérés dans de l’eau-de-vie présentant des propriétés fébrifuges et désaltérantes.

Fixé à Philippeville (renommée Skikda) en 1832, puis à Alger, il améliore sa formule et la commercialise, à partir de 1837, comme apéritif sous le nom d’amer africain.

En 1862 eut lieu l’Exposition universelle de Londres. Le gouvernement invita les industriels français à y prendre part. Le sous-préfet de Philippeville, Jean-Baptiste Nouvion, ne manqua pas d’insister auprès de Gaétan Picon dans ce sens.

Ces manifestations n’étant pas encore entrées dans les mœurs, il fit la sourde oreille. Ce que voyant, le sous-préfet entêté prit sur lui, à l’insu du fabricant, d’expédier une caisse d’amer africain à Londres.

Le produit, appartenant alors aux apéritifs de catégorie Bitter (amer), est couronné d’une médaille de Bronze lors de l’Exposition universelle de Londres en 1862, ce qui fera sa fortune. Gaétan Picon, rentré en métropole, créa sa première usine de fabrication du Picon (titrant à l’époque 21°), désormais appelé ainsi, à Marseille.

L’entreprise donna ainsi son nom au quartier qui l’entoure mais également à la gare SNCF de Picon-Busserine située dans le 14e arrondissement de la cité phocéenne. L’usine n’utilisant que les écorces d’oranges, les fruits pelés étaient revendus à des maraîchères les proposant du coup à un prix très concurrentiel.

De nos jours, le Picon peut être mélangé au vin blanc alors que traditionnellement il est à la bière, ce mélange est plutôt apprécié en Belgique francophone. Depuis 1989, le Picon titre 18°.

Depuis 1995, le Picon s’est diversifié, on retrouve désormais deux apéritifs différents. L’original : le Picon bière, qui accompagne la bière. Le Picon club, à consommer en cocktail avec du vin blanc sec. En 2003, la marque écoulait 70 % de son stock dans le Nord et l’Est de la France. La production totale s’élevait à quatre millions de bouteilles.

Le terme « Picon » est une marque commerciale distribuée par Moët Hennessy Diageo, coentreprise des groupes LVMH et Diageo.


SOURCES Wikipédia
PHOTOS Google Street View & Publicité Picon

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie