Le Crématorium de Saint Pierre par Léonce-Aloïs Muller

Cimetière Saint Pierre, 13005 Marseille
96
Le Crématorium de Saint Pierre par Léonce-Aloïs Muller
Arrondissement : 5ème
Le crématorium du cimetière Saint-Pierre a été imaginé en 1907 par l’architecte marseillais Léonce-Aloïs Muller en s’inspirant de l’esprit d’une mosquée d’où s’élève un grand minaret. Mais considérant l’augmentation du nombre des crémations, l’édifice fut agrandi en 2007 dans une architecture plus actuelle.

La tour du crématorium

On doit également à Léonce-Aloïs Muller, architecte de la fin du 19ème et début du 20ème siècle, l’élégante Caserne Centrale des Marins-Pompiers de Marseille (1914) , la Maison de la Mutualité (1906), Le Lycée Victor-Hugo (1905) et de nombreux immeubles du Bd Perrier (59, 115, 117) et de l’Avenue du Prado avec le n°91. Le crématorium de Marseille est équipé d’une salle de réunion, une salle de cérémonie et une salle de retrouvailles. Un écran de transmission de dernier cri est disponible pour permettre aux familles de personnaliser les hommages. Selon une information de La Marseillaise, “près de 852 grammes d’or, soit l’équivalent d’un lingot, ont été récupérés en 2018 sur les cadavres incinérés au crématorium du cimetière Saint-Pierre de Marseille. Cet or, trouvé par exemple sur les dents et bijoux des défunts, fait partie des déchets métalliques que laissent les corps incinérés. Le crématorium ferait alors appel à une société extérieure pour valoriser ce métal, avant de restituer les cendres à la famille, et ce, sans en informer les proches du défunt”.

Le métal ainsi récupéré serait réutilisé dans l’aéronautique, l’automobile ou l’électroménager. Chaque cadavre contiendrait en moyenne 2,2 grammes d’or”.

Le nouveau et l’ancien bâtiment

En 1887, une loi sur les libertés funérailles est votée en France. Dès lors, toute personne majeure ou émancipée peut choisir son mode de sépulture (crémation ou inhumation). Cependant, les crématoriums ont connu des débuts difficiles car ce n’est qu’en 1963 que l’Église catholique autorise la crémation (pendant près de 80 ans la crémation était condamnée par le Vatican). Le privilège du monopole funéraire jusque janvier 1998 ne favorisa pas la construction de crématorium ni la promotion de ce choix, une cérémonie avec crémation étant d’un coût moins élevé d’environ 30 % que celle d’obsèques avec inhumation en cimetière.

Le premier crématorium français a été créé en 1889 à Paris, dénommé aujourd’hui crématorium du Père-Lachaise. D’autres crématoriums sont rapidement mis en service : Rouen (1899), Reims (1903), Marseille (1907), Lyon (1914) et Strasbourg (1922).

Abords du crématorium

Il faudra attendre 1972 pour qu’un autre crématorium soit mis en fonction à Cornebarrieu près de Toulouse. En 1980 la France n’avait que 9 crématoriums contre 120 en 2006 . Désormais, toutes les régions métropolitaines sont équipées de crématoriums. Le nombre de crémations est passé de 5 % des décès dans les années 1990 à 26 % en 2006. Un projet de loi vise à instaurer un « schéma régional des crématoriums » pour garantir une bonne répartition géographique des établissements. Depuis 1993, l’exploitation d’un crématorium peut se faire par le biais de la délégation de service public. Dans ce cas, la construction de l’établissement ne dépend que de la collectivité et le choix du délégataire se fait donc par appel d’offres. Avec l’augmentation de l’utilisation de la crémation dans les pays occidentaux où l’amalgame dentaire a été très largement utilisé en dentisterie, le mercure, notamment, est depuis les années 1990 source de préoccupation croissante pour la qualité de l’air, dans le crématorium lui-même pour les employés (selon une étude récente (2017) en moyenne au moment de l’ouverture d’une porte de chambre de combustion, la teneur de l’air monte à 500 000 particules/cm³), et en aval des rejets aériens de crématoriums.

Autour des crématoriums la pollution mercurielle est plus élevée. Des systèmes de filtration (filtre à manches) sont appliqués ou obligatoires aux crématoriums, plus ou moins utilisés selon les pays. L’adsorption sur charbon activé est envisagée, pour réduire la pollution mercurielle notamment. Ces technologies de filtration sont empruntées à l’industrie de l’incinération des déchets. Contrairement aux autres pays européens, la France n’avait pas imposé de filtres limitant les rejets polluants dans l’atmosphère de mercure, plomb, dioxine et autres substances nocives. Un arrêté de janvier 2010 oblige les crématoriums français à s’équiper avant le 17 février 2018. Les gaz de combustion sont généralement évacués vers l’atmosphère par un conduit de fumée réfractaire. Étant à très haute température, il est possible de récupérer leur énergie thermique, par exemple pour un réseau de chaleur, le chauffage du funérarium, ou d’autres installations ; les efforts pour ne pas gaspiller de chaleur fatale peuvent être vécus comme positif ou négatif, selon le public


SOURCES Ville de Marseille & PSS Archi & Wikipedia Crematorium & La Marseillaise & obseques-infos.com
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & obseques-infos.com
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie