Jean Gourin, « Francœur », le Roi Fou du Frioul, 1765

Fort de Ratonneau, 13007 Marseille
9
Jean Gourin, « Francœur », le Roi Fou du Frioul, 1765
Arrondissement : 7ème
Cette histoire rocambolesque mais authentique, rapportée et contée par le Parc National des Calanques, commence en 1765 « au retour de permission d’un soldat du nom de Jean Gourin, dit « Francœur ». Il est alors en poste au fort de Ratonneau avec sa garnison. D’ordinaire joyeux, le soldat a semble-t-il perdu son appétit de vivre. Quand ses compagnons lui demandent la cause de ce brusque changement d’humeur, il répond, à la surprise de tout le monde : « Ah, si j’étais roi ! » »…

Fort de Ratonneau

À force de questions, Gourin finit par avouer que durant ses vacances il est tombé amoureux de la châtelaine de son visage montagnard. On a beau lui montrer l’absurdité d’un tel sentiment, un homme de sa condition ne pouvant espérer épouser une dame d’un tel rang, il n’en démord pas. Sa cervelle commence alors à fomenter en secret un projet…Quelques jours plus tard, c’est avéré : Jean Gourin est devenu fou : pour preuve, il s’autoproclame roi du Frioul ! Ainsi, comme il se l’imagine, pourra-t-il épouser sa châtelaine… Profitant du départ de la garnison, descendue récupérée l’approvisionnement en nourriture au port, il prend possession des armes du fort, remonte le pont-levis et pointe les canons vers ses compagnons, sur lesquels il tire à leur retour. Les pauvres diables battent en retraite. Bientôt, Ratonneau s’avère un trop petit royaume pour Francœur. Celui-ci se met alors en tête d’attaquer le château d’If, sur lequel il ouvre le feu. La célèbre forteresse riposte aussitôt. Cela n’empêchera pas Gourin d’attaquer ensuite un navire hollandais qui passait à proximité, et qui fut bien obligé de lui laisser de la nourriture. Il faudra attendre que Gourin finisse par tomber d’épuisement pour que des soldats puissent entrer dans le fort et le capturer, au terme d’une stratégie de reconquête et de deux nuits d’échange de tirs…Conclusion (prosaïque) de l’histoire : la châtelaine se maria à un gentilhomme et le roi d’un jour finit ses jours à l’Hôpital des Invalides.

 On peut trouver le récit détaillé de cet épisode dans l’article Le soldat qui devint roi dans La Gazette des armes, n°6, 1973, ainsi que dans l’ouvrage L’Hermès marseillais ou guide des étrangers à Marseille et dans le département des Bouches-du-Rhône, 1826, p. 182-185.


SOURCES Texte du Parc National des Calanques
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et son mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie