Le Camp du Grand Arénas

Avenue Colgate, 13009 Marseille
1957
Le Camp du Grand Arénas
Arrondissement : 9ème
Situé dans le quartier de la Cayolle, ce camp de transit, mis à disposition par l’Etat français, a accueilli en presque 20 ans, des centaines de milliers de futurs israéliens, dont parmi eux, beaucoup de rescapés de la Shoah rapatriés en France, des jeunes d’Afrique du Nord et de France. Construit en 1945 en situation d’urgence, il a hébergé les premiers émigrants juifs en partance pour la Palestine et allait devenir un lieu de passage incessant de 1947 à 1965. D’une capacité de 10 000 personnes, plus de 400 000 juifs y transiteront ! C’est quasiment un israélien sur 10 qui sera passé par la Provence, et Arénas, pour faire son “Aliya” et pourtant plus aucune trace ne rappelle ce pan majeur de l’Histoire.

le-camp-grand-arenas-de-marseille-5Le ‘’Grand Arénas’’ de Marseille a été construit durant la première guerre pour accueillir les régiments coloniaux avant d’être envoyés au front. Le camp fut aussi occupé après le débarquement en 1944 par des régiments américains. Il a ensuite accueilli jusqu’en 1948, les travailleurs vietnamiens indépendantistes autogérés, mais aussi des gitans.

Une fois le conflit vietnamien réglé, ont suivi les Algériens suspectés d’être membres du FLN, des militants politiques en lutte ouverte contre l’administration française.

A partir de la Libération,  le camp devint une « enclave Juive »…Marseille voit affluer des milliers d’hommes et de femmes qu’il faut abriter. Des juifs rescapés des camps d’Europe centrale ou venus du Maghreb, en quête de la Terre Promise…Dès 1947, la France en partenariat avec L’Agence Juive va permettre le transit sur son territoire d’immigrants venant de tous les pays, et de volontaires juifs et non juifs en partance pour la Palestine.

Les transitaires y séjournèrent quelques jours ou plusieurs années selon leur état de santé, leur situation, le regroupement familial ou les places des bateaux en partance. La vie quotidienne s’organisait autour des séance de lessive ou de cinéma, les fêtes juives, l’apprentissage de l’hébreu, ou encore l’animation des enfants…

le-camp-grand-arenas-de-marseille-4

Baraque du Camp au Musée de Herzliya, Israël

L’entrée du camp, était située à l’angle de la Traverse de la Jarre et du Chemin de Sormiou (voir le plan d’époque dans l’onglet “Photos”). Ce terrain délimité en grande partie par un long mur abritait différents bâtiments en béton en forme de demi-tonneau imaginé par le célèbre architecte Fernand Pouillon…des logements de fortune très mal isolés contre le froid de l’hiver et la chaleur de l’été, sans électricité, ni eau courante.

Le camp du Grand Arénas comprenait environ 80 bâtiments rudimentaires, répartis sur une surface avoisinant les 13 hectares, mesuraient 30,50 m de long, 6,50 m de large et 3,50 m de haut. Eleanor Roossevelt, l’épouse du Président des Etats-Unis visitera le camp en 1955 (voir la vidéo).

Le camp cessera son activité vers la fin 1965, mais néanmoins, dans sa dernière année, il comptera encore régulièrement près de 7 500 transitaires. Les bulldozers raseront le camp dans les années 70.

Aujourd’hui, il ne reste plus aucunes traces de ce lieu de transit, effacées définitivement dans les années 80. D’anciens baraquements relookés par un artiste contemporain sont néanmoins encore visible au Musée de Herzliya en Israël.

A découvrir une vidéo de l’INA de 2001 sur l’Histoire du Camp.


SOURCES jimp.frnoemiegrynberg.com
PHOTOS Archives & Ilana Salama Ortar & archives.jdc.org

Avis sur cette fiche
1
Note globale 1 Avis
VOTRE NOTE:
  • 18 juillet 2021 at 19:16

    Je suis le premier à parler du camps D’ARENAS à Marseille.en 1961 je quitte Alger de mon plein gré Pour faire mon Aliya en Israël pour lekiboutz Bet Oren j’y ai passé 3 semaines j’avais 19 ans et j’en est un souvenir atroce pas de douches ni électricité des points d’eau à l’extérieur des bâtiments je veux des cabanes en bois dessinés par l’architecte POUILLON célèbre L’agence juive préparait les papis Israéliens et les modalités de notre accueil Les traces de cet odieux endroit on disparues On retrouve au musée de Hertzelya en Israël un baraquement relooké par un Artiste Pour mémoire Simon Drai

Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie