Calanque de Port Miou, l’Orientale

Calanque de Port Miou, Cassis
718
Calanque de Port Miou, l’Orientale
Catégorie : Ports & Marinas
Arrondissement : Autour de Marseille
La calanque de Port-Miou est la calanque la plus orientale des côtes entre Marseille et Cassis. On évoque souvent les Calanques de Cassis, mais celle de Port Miou est pourtant l’unique située dans la commune de Cassis ! Ceinturée d’une roche vieille de 115 millions d’années, contenant des coquilles d’organismes, de l’époque lointaine où les Calanques étaient immergées, Port Miou a subi depuis une massive exploitation artisanale puis industrielle avant d’abriter un petit port de plaisance protégé du vent. Elle reste l’une des portes d’entrées les moins difficiles (mais très fréquentée l’été) pour atteindre les calanques de Port Pin et d’En Vau. Au bord de la Calanque, le Château de Port-Miou, restauré en 2021 abrite désormais la Capitainerie de la Zone de Mouillage Léger (ZMEL) ainsi qu’un bureau du Parc National des calanques.

Calanque de Port Miou, Parc National des Calanques de Marseille, CassisPort-Miou fut longtemps une seigneurie à part entière dépendant de la Maison des Baux. Le 4 avril 1402, à Brantes, au pied du Ventoux, en présence de son épouse Alix des Baux, Odon de Villars fit donation à son neveu Philippe de Lévis des fiefs de Brantes, Plaisians et leurs dépendances, des seigneuries de Saint-Marcel, Roquefort, le Castellet, Cassis et Port-Miou, dépendantes de la baronnie d’Aubagne, ainsi que de La Fare-les-Oliviers, et Éguilles. Son neveu, en contrepartie devait lui servir de caution vis-à-vis de Raymond de Turenne dans l’observation d’un accord passé entre le vicomte, lui et son épouse Alix.

En cas de non-respect de la part d’Alix et d’Odon, ces derniers devraient payer 50 000 florins à Raymond de Turenne.

Ancienne carrière Solvay

Calanque de Port Miou, Parc National des Calanques de Marseille, CassisJusqu’en 1982, on exploitait encore la carrière de Port-Miou qui donnait une pierre de taille blanche et dure, la Pierre de Cassis, qui a servi à la construction par Léon Chagnaud “du tunnel du Rove” à Marseille, de certains quais du Canal de Suez et de plusieurs portes du “Campo Santo” de Gênes. Cette carrière, contrairement à d’autres carrière de Cassis, n’a jamais été exploitée pour la pierre de taille, mais pour une utilisation moins noble, dans le procédé de fabrication de la soude caustique selon le brevet Solvay. L’industriel belge Ernest Solvay met au point un procédé de fabrication de soude à partir de calcaire, réduit en granulats, et de sel marin. La soude entrant dans la composition du savon de Marseille, sa fabrication s’intensifie au XIXe siècle. La pierre de Cassis sert aussi à la confection du chlore, utile pour la fabrication du gaz moutarde. En 1896, Solvay achète un terrain à Port-Miou pour y ouvrir une carrière industrielle.

La production est acheminée par voie maritime vers les usines de soude à Marseille et aux Salins de Giraud. L’embarquement se fait à l’aide de trémies, sortes de déversoirs à pierres. Durant trois quarts de siècle, entre 6 et 7 millions de tonnes de roches sont extraites des flancs de la calanque puis broyées ! Cette profonde entaille dans la roche lui a donné sa forme actuelle…Les deux exploitations de Salins de Giraud et de Port-Miou étaient la propriété du groupe Solvay jusqu’en 1982.

Port de plaisance

On y accède par la route, et un parking permet aux plaisanciers de laisser leurs véhicules avant les excursions ou l’accès à leurs bateaux. Elle ne dispose d’aucune plage, mais du fait de l’accès routier est le départ du côté de Cassis des randonnées dans le massif des calanques. Selon le Parc National des Calanques, abritée du vent, Port-Miou est très tôt utilisée par les navires comme zone de mouillage. Dès l’Antiquité, elle est désignée sous le terme de Portus melior, c’est-à-dire « le meilleur port ». Les navires romains y font halte, tout comme les galères du Moyen-Âge. Il s’y déroule aussi des batailles épiques, comme celle de 1813 contre les Anglais. Mais l’occupant le plus prestigieux fut Grégoire XI, le dernier pape français, qui s’y réfugie les 2 et 3 octobre 1376 avec toute sa flotte. Ayant quitté le Palais des Papes en Avignon pour se rendre à Rome et y rétablir le Saint-Siège, il est surpris par une tempête, dont Port-Miou le protège.

Une fois les flots redevenus calmes, il reprend sa route pour l’Italie. Enserrée entre le cap Cacau à l’ouest et le cap Câble à l’est, cette calanque est naturellement préservée du redoutable mistral et du vent d’est. Jusqu’au XVIIe siècle, elle est le premier port du village de Cassis. Ses eaux émeraude, abondantes en poissons, étaient réputées et prisées des pêcheurs. De nombreuses madragues y étaient installées.

Fleuve sous-marin

On y trouve une importante exsurgence sous-marine, l’exsurgence de Port-Miou. Avec 5 à 7 m3/sec de débit, il s’agirait du fleuve le plus important qui coule en Provence entre le Rhône et le Var. Cette rivière souterraine débouche dans la calanque, s’écoulant depuis le massif de la Sainte-Baume à travers l’une des plus grandes galeries noyées d’Europe !

Cette source est étudiée dès le XVIIIe siècle, et encore aujourd’hui n’a pas livré tous ses secrets. En octobre 2020, on y a même découvert une nouvelle espèce !


SOURCES Wikipedia Calanque de Port Miou & Parc National des Calanques
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution


Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie