Épave du Miquelon, 1911-1917 et les 66 obus

Rade de Marseille, 13007 Marseille
177
Construit en 1911, trois ans avant la première guerre mondiale par les Chantiers Bertin de Bezons, le Miquelon mesure 49 mètres de long sur 7,5 mètres de large et jauge 522 tonneaux. Baptisé Michel-Marcel, il change de nom et devient le Miquelon à partir de 1913. Il appartient alors à la Compagnie La Morue Française et Sécherie de Fécamp, qui le destine au transport de la Morue entre Terre-Neuve et la France. En août 1915, durant la Première Guerre mondiale, le Miquelon est réquisitionné et devient la propriété  de l’armement Levée, Blachère et ses fils, du Havre et participe à de nombreuses manœuvres pour le compte de l’armée française. Le 5 octobre 1917, il quitte Marseille prenant la direction d’Alger avec à son bord une cargaison inhabituelle pour ce cargo morutier, de la fonte mais également des munitions. Il entre en collision avec le vapeur Balkan (Bastia-Marseille) appartenant à la Compagnie Fraissinet. Le Miquelon sombre immédiatement. La collision ne fit pas de victimes…mais en 2023 le cargo refait parler de lui !

Le Miquelon

Circonstances du naufrage selon le rendu du tribunal de commerce de Marseille en 1919 : Dans la soirée du 5 octobre 1917, le caboteur Miquelon alors commandé par le capitaine Clopet, était parti de Marseille avec un chargement à destination d’Alger et faisait route dans le chenal de sécurité, déterminé par l’alignement du Château d’If et du saut de Marot. Il naviguait avec ses feux de côté vert et rouge allumés et clairs, son capitaine n’ayant pas cru devoir allumer le feu blanc réglementaire de misaine, marque caractéristique des navires à vapeur. Faisant route opposée dans le même chenal, s’avançait le paquebot mixte Balkan, allant de Bastia à Marseille. Ce bâtiment portait allumés et clairs tous ses feux de navigation, et notamment son feu blanc de misaine, nettement visible à distance, puisque les vigies du Miquelon dirent ultérieurement l’avoir distingué.

Le Balkan

Vers 20 heures, l’officier de quart du Balkan aperçut brusquement par tribord, à environ 300 mètres, un feu rouge qui n’était autre que celui du Miquelon. N’ayant vu les feux d’aucun autre navire sortant du port de Marseille depuis que le bâtiment s’était engagé dans le chenal, et ne croyant pas y trouver des navires le traversant, il pensa être en présence d’un voilier qu’il dépassait, trompé par l’absence de feu blanc de tête. Il fit alors mettre la barre haute pour venir à bâbord, puis, s’apercevant immédiatement de sa méprise, ordonna de mettre la barre toute pour venir à tribord et de battre machine arrière. Mais la collision était inévitable. Abordé par le Balkan perpendiculairement à bâbord, au droit de sa passerelle, le Miquelon fut coupé en deux et coula immédiatement. La collision fut facilitée, sinon aggravée, par la circonstance que le capitaine du Miquelon, après avoir aperçu à 300 mètres le feu vert du Balkan, crut que ce dernier faisait une embardée dans sa direction, du fait de sa manœuvre initiale sur bâbord.

Bien que le règlement lui interdisait de changer sa route, il fit alors une manœuvre sur tribord, qui eut pour effet de découvrir davantage son flanc bâbord, soit celui où se produisit l’abordage. Le capitaine Clopet et l’armateur du Miquelon furent donc déclarés civilement responsables envers la Compagnie marseillaise de navigation à vapeur Fraissinet & Cie des conséquences dommageables de l’abordage.

L’épave est depuis considérée comme l’une des plus prisées de France pour les amateurs de plongée sous-marine qui viennent en apprécier les vestiges ainsi qu’une « une faune et une flore abondante » selon le site spécialisé spotmydive.com. Selon le site Scubaspot « Le Miquelon est posé droit sur un fond de 52 mètres. L’épave mesure 6-7 mètres de haut. Le pont se trouve donc vers 45-46 mètres. Sur la proue recouverte en partie d’un filet de pêche sont encore fixées les ancres. En direction de la proue sur le côté bâbord on peut voir la déchirure et juste à côté un treuil. Le canon de proue, tout comme le mât avant, s’est couché sur tribord. La cale avant permet d’admirer une magnifique hélice de rechange. Au centre du bâtiment une partie de la cheminée a résisté au temps. Quelques superstructures sont encore debout. La salle des machines mérite la visite, quelques manomètres sont encore en place. La cale arrière, dans laquelle on peut pénétrer par deux endroits différents, recèle une étrange cargaison : obus, grenades sous-marines, munitions diverses…Le deuxième mât qui se trouvait sur l’arrière a disparu. Sur la poupe, le canon semble toujours prêt à tirer. Enfin, il faut contempler l’hélice du Miquelon ». 

Et c’est justement les munitions à bord qui vont poser problème 106 ans après.

Selon la chaîne la 1ère, du 2 au 5 mai 2023, « des plongeurs-démineurs de la Marine nationale sont donc intervenus sur ordre de la préfecture maritime de la Méditerranée afin de sécuriser ce site jugé sensible. Embarqués à bord de la vedette Ophrys et du BBDP Pluton, les plongeurs ont ainsi procédé à l’éloignement et au déminage des 66 obus présents à bord de l’épave. Certains étant enchassés dans la roche dans une zone naturelle protégée, leur explosion a été organisée dans une zone plus éloignée. Avant de détruire les charges, la faune sous-marine environnante a d’abord été éloignée de la zone par un procédé d’effarouchement progressif ». 

Niveau faune et flore, il y aurait sur le Miquelon selon le site Scubaspot de véritables nuages d’anthias, d’apogons et de castagnioles. A l’intérieur de l’épave il n’est pas rare de croiser des bancs de loups. Les mostelles sont également de la partie, dans les tôles qui leur servent de refuge. Le navire est colonisé par les éponges et autres coraux. Il n’y a pas de profusion de gorgones. Localisation de l’épave > 43°14’271’’ N – 05°18’890’’ E


SOURCES La 1ère & Scubaspot & spotmydive.com & Rendu du tribunal de commerce de Marseille en 1919
PHOTOS plongeetekmarseille & capture d’écran vidéo de plongée de Christobal H
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et son mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie