25 Cours Lieutaud et “Les Quatre Parties du Monde”

25 cours Lieutaud, 13006 Marseille
45
25 Cours Lieutaud et “Les Quatre Parties du Monde”
Arrondissement : 6ème
L’immeuble de 6 étages érigé en 1883 par Jean-Charles Pot sur le Cours Lieutaud, durant la période d’haussmannisation de l’hyper centre-ville de Marseille, est doté de quatre remarquables cariatides en gaine soutenant le balcon du deuxième niveau…une ornementation qui n’est pas sans rappeler une autre création marseillaise de l’architecte mais bien plus prestigieuse.

“Les Quatre Parties du Monde” ont étés sculptées par un sculpteur qui n’aurait pas signé son œuvre. Leurs thèmes s’accordent particulièrement bien avec le Marseille de cette époque, port moderne puissant de la Méditerranée, ouvert sur le monde grâce au Canal de Suez. Elles sont bien sûr à mettre en rapport avec celles du Grand Hôtel du Louvre et de la Paix, immeuble de prestige également construit par Jean-Charles Pot en 1863, sur La Canebière. Signées du sculpteur aixois Hippolyte Ferrat, ces 4 cariatides représentant 4 continents sont plus massives, plus stylisées, mais dont les traits et les attributs sont beaucoup plus parlants que ses “sœurs” du Cours Lieutaud. Une des plus anciennes attestations de cariatide a été découverte sur le site archéologique de Meydancikkale / Gülnar (près de Silifke) en Turquie, et daterait de la fin du viiie ou du viie siècle avant notre ère. Les statues ont été transférées au musée archéologique de Silifke. Le nom de « cariatides » leur a été attribué secondairement, on les appelait auparavant simplement « jeunes filles », en grec korè. Plusieurs interprétations ont été proposées. Il pourrait s’agir des jeunes filles de Laconie qui dansaient chaque année en l’honneur d’Artémis Karyatis, ou les choéphores de Cécrops, le baldaquin formant la partie visible de son tombeau.

D’après l’architecte romain Vitruve, leur nom viendrait de ce que la ville de Karyes s’étant alliée aux Perses lors de l’invasion, ses habitants furent exterminés par les autres Grecs et leurs femmes réduites en esclavage, et condamnées à porter les plus lourds fardeaux. Mais cette explication n’est actuellement pas retenue, ce motif architectural étant déjà répandu à cette époque, par exemple sur les trésors ioniens des Cnidiens ou des Siphniens à Delphes.


SOURCES wikipedia Cariatide & PSS Archi
PHOTOS  Google Maps
A NOTER Ce site est un blog personnel, ces informations sont données à titre indicatif et sont mises à jour aussi souvent que possible. N’hésitez pas à me contacter pour toute correction ou contribution

Avis sur cette fiche
Il n'y a pas encore d'avis sur cette fiche, soyez le premier !
Laisser un avis
VOTRE NOTE:
D'autres fiches à explorer dans cette catégorie